Licenciement à la SMAG : les employés en colère

Confronté à d’énormes difficultés financières qui ne lui permettent plus de supporter sa masse salariale, la Société meunière et avicole du Gabon (SMAG) évoquait l’idée d’un licenciement d’une soixantaine de ses employés. Ces derniers sont montés au créneau pour exprimer leur mécontentement face à cette situation qu’ils risquent de subir.


Ainsi, menacés, depuis bientôt trois mois, de licenciement par la direction générale de l’entreprise les employés n’ont pas manqué de fustiger cette décision qui les mettra au chômage. Datant de 3 mois la décision prise par la direction générale de licencier, « pour des raisons économiques« , cinquante-sept agents devrait prendre effet cette fin mars.

Par ailleurs, celle-ci ne fait pas l’unanimité chez les employés qui ne comprennent pas ce plan de licenciement alors que l’entreprise a réalisé des bon résultats au cours de l’année. En effet,  dans le quotidien «l’Union» du 9 décembre 2016, «il est écrit noir sur blanc que l’économie de la Smag se portait très bien», tout en précisant que : «L’activité meunière et avicole a enregistré des résultats globalement positifs durant le premier semestre 2016. Ainsi, la production de farine a légèrement progressé de 0,4 %, pour se situer à 34 998 tonnes. De même, la production des aliments pour bétail a connu une hausse de 10,6 %, soit 14 788 tonnes, en raison de la forte demande des éleveurs indépendants.Parallèlement, la production des œufs s’est élevée à 22,1 millions d’unités, en hausse de 2 % par rapport à fin juin 2015. Compte tenu de ces performances agro-industrielles, le chiffre d’affaires s’est amélioré de 3,3 %, pour un montant de 16,9 milliards de FCFA.»

Toute chose qui paraît incompréhensible, lorsque la direction générale évoque des difficultés financières. Cette décision touchera donc dès cette fin du mois non seulement des agents de maîtrise mais aussi des agents d’exploitation et des cadres, mettant ainsi dans la rue ces employés sans raison valable.

Laissez votre commentaire