samedi,17 avril 2021
AccueilDerniers articlesLibreville: silence radio du procureur de la République après les échauffourées de...

Libreville: silence radio du procureur de la République après les échauffourées de ce jeudi 18 février

Près de 20 heures après les incidents malheureux qui ont émaillé les manifestations contre les mesures restrictives prises dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, l’opinion est en attente d’une communication officielle du procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville André Patrick Roponat. Un silence assourdissant alors que selon plusieurs témoignages ces échauffourées entre populations et forces de l’ordre auraient fait deux morts. 

Alors que la toile grouille depuis jeudi 18 février d’informations sur les affrontements entre populations et forces de l’ordre, l’opinion s’interroge sur le silence curieux d’une part du gouvernement mais aussi du procureur de la République. Une situation incompréhensible alors qu’une descente du Procureur de la République au sein de l’Hôpital d’instruction des armées Omar Bongo Ondimba (HIAOBO) sis au Pk 9 dans le 5ème arrondissement de la commune de Libreville était prévue. 

André Patrick Roponat se serait-il résolu à se terrer dans ce profond mutisme ? Nul doute que ce choix assumé ou pas par le maître des poursuites pourrait s’assimiler à du mépris à l’égard des familles des 2 individus qui seraient tombés sous les balles des policiers dépêchés pour encadrer la révolution des casseroles. Ainsi donc, le magistrat gagnerait à se prononcer afin d’éviter que le silence des garants de la Justice entraîne une justice populaire.

Pour rappel, André Patrick Roponat avait été nommé à l’issue du Conseil supérieur de la magistrature présidé par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba le vendredi 29 novembre 2019, en remplacement d’Olivier N’Zahou. Une nomination qui intervenait au moment où les autorités publiques recherchaient un profil capable de mener à bien les dossiers brûlants dont celui des malversations financières et de la montée de l’insécurité.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Bestheinfusion