Libreville: La préfecture de police se dote d’un numéro whatsapp pour recevoir les dénonciations

Capture d'ecran de la video de presentation de la préfecture de police de Libreville © GMT/Préfecture de Police

La dénonciation d’actes d’insécurité et d’incivisme est désormais possible auprès des forces de l’ordre par les Librevillois. Et pour cause, la préfecture de police a annoncé sur sa page Facebook officielle, la mise à disposition d’un numéro accessible sur Whatsapp, le 05 81 81 81, pour être entendus et assistés au plus vite sur toutes agressions ou actes de vandalisme.



Les populations de Libreville vivent aujourd’hui sous la psychose due à la montée vertigineuse de l’insécurité. Il n’est pas rare d’assister ou d’être la proie de ces délinquants . Seulement l’assistance souhaitée n’est pas toujours présente par nos forces de l’ordre qui sont très souvent cantonnées dans leurs bureaux. Ainsi pour recevoir leur aide qui au fond est plutôt un devoir, il faut joindre un de leurs postes. Cette situation n’a aucune saveure salvatrice car les délais de réaction sont longs et la procédure lourde.

C’est certainement pour pallier toutes les limites susmentionnées que la préfecture de police a, à travers son compte facebook et une note d’information affichée dans tous les commissariats, informé la population libreviloise de la mise en place publique d’un compte whatsapp pour recevoir des dénonciations. Ce numéro 05818181 facile à retenir se veut être le canal de communication directe entre les forces de police et les personnes dont elles sont chargées d’assurer la sécurité.

Par ailleurs , il y a lieu de préciser que les dénonciations revêteront un caractère confidentiel. Les émetteurs d’informations visant à dénoncer un acte d’insécurité subi ou vécu voire les incivismes peuvent être rassurés quant à la protection de leurs identités . Rappelons que le but est d’établir une proximité avec les populations mais aussi de les sécuriser. Il faut dire que cette innovation vient métamorphoser la dynamique policière et nécessite un réel  suivi au risque d’accoucher d’une souris.

Laissez votre commentaire