Libreville: Ndong Meyo fustige le bilan de Ntoutoume Emane dans le 5ème arrondissement

Raymond Placide Ndong Meyo © GMT

Le jeudi 15 février dernier, le ministre délégué aux affaires étrangères, Raymond Placide Ndong Meyo, a tenu une deuxième causerie à Lalala-À-Droite (Ancien couloir de la mort), dans le 5ème arrondissement de Libreville. Au cours de cette rencontre avec les populations, il a entre autres fustigé le bilan de Jean François Ntoutoume Emane, ancien Premier ministre, qui a régné plusieurs années sur la circonscription.  

Dès l’entame de son propos, l’avocat au barreau du Gabon, qui brigue désormais le mandat de député du 2ème siège du 5ème arrondissement de Libreville, a dénoncé le peu d’actions posées par Jean François Ntoutoume Emane, dont la famille a trôné sur la circonscription depuis 1975.

S’érigeant en véritable alternative et en homme d’action, l’ancien maire du 5ème arrondissement de Libreville qui ne cache plus sa volonté de solliciter les suffrages des populations de Lalala, explique les raisons qui ont motivé sa candidature : «Je vais me présenter aux élections législatives parce que j’ai une certaine expérience. J’ai été dans l’opposition. Aujourd’hui, je suis dans la majorité. Je connais tout le monde dans ce quartier. J’ai souffert ici quand les gens (Jean François Ntoutoume Emane, ancien candidat du PDG, NDLR) bourraient des urnes pour me battre. Mais après j’ai toujours considéré que ce sont mes frères. Je n’ai jamais rejeté quelqu’un parce qu’il était de tel parti ou qu’il a voté contre moi», a-t-il précisé.

Fustigeant le bilan du désormais président du Rassemblement des patriotes républicains (RPR), viserait ce siège du 5ème arrondissement de Libreville. Toute chose que Raymond Place Ndong Meyo ne voit pas d’un bon oeil. «Il y a des gens qui veulent encore continuer à diriger cet arrondissement alors qu’ils ont eu tout le temps de le faire et qu’ils avaient les moyens. Il n’ont rien fait», a-t-il fait remarquer.

Rappelant  qu’à l’époque à laquelle il était maire du 5ème, avec peu de moyens il a initié des projets allant dans le sens d’améliorer le quotidien des populations. Prenant en exemple, la construction du complexe sportif à Mindoubé et qui selon lui, avait été détruit par «Monsieur Jean François ntoutoume Emane trois semaines avant l’inauguration pour dit-il construire quelque chose de plus grand, parce qu’il avait reçu 4 milliards de Fcfa du président Bongo. Sauf qu’après la destruction, il s’est glorifié en disant qu’est-ce qu’il voulait montrer celui-là?», a-t-il raconté.

Pour clore son propos, le ministre délégué aux affaires étrangères, a appelé ses soutiens à s’inscrire massivement sur les listes électorales. Car «on ne peut pas à un moment où l’on vous ouvre les portes des prisons, préféré y rester», a-t-il martelé, pour dire que «l’air Ntoutoume Emane est désormais révolue».

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire