Libreville: un mineur se fait tuer pour avoir refusé de prêter 100 Fcfa à son ami

© Libreville

Samedi 10 février dernier, le quartier Atsib-Ntsos dans le 2e arrondissement de la commune de Libreville a greffé une nouvelle page noire au chapitre d’actes de violence qu’il compte déjà. Jules Aboghe, 18 ans, a succombé 5 jours plus tard, de ses blessures suite à une empoignade qui l’opposait à un de ses amis pour un prêt de 100 Fcfa.

Féru de jeux vidéos, Jules Aboghe s’est rendu à la mi-journée du samedi dernier au bar DVD afin d’exercer comme à l’accoutumé. Selon les témoignages concordants, c’est après une mise de 100 Fcfa que le jeune homme aurait décroché le Jackpot. N’ayant pas la même chance, son voisin Hans, 17 ans, qui se serait vidé les poches  après plusieurs essais lui aurait sollicité de l’aide à hauteur de 100 Fcfa afin de continuer de jouer. Mais Jules lui accusera une fin de non-recevoir.

Le refus de Jules provoquera l’ire de Hans qui donnera le coup d’envoi d’une violente altercation l’opposant à son aîné. Au cours de la bagarre, Hans se serait emparé d’une chaise en fer qui traînait dans le bar qu’il aurait assené à plusieurs reprises sur la tête de son adversaire. Mal en point, Jules Aboghe sera reconduit chez lui. Son état de santé peu reluisant, se dégradera quelques temps après. Il sera ensuite conduit au Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL) où il décèdera quelques jours plus tard, victime d’une hémorragie intracrânienne, selon les conclusions de l’autopsie.

Le présumé meurtrier, Hans, quant à lui, a été immédiatement arrêté puis placé en garde à vue. Après l’enquête préliminaire, ce dernier a été présenté devant le parquet de Libreville qui a ouvert une information judiciaire à son encontre. Inculpé pour le meurtre non prémédité de son ami, le jeune homme médite sur son sort, en attendant  son procès à la prison centre de Libreville. Un fait de plus qui devrait attirer l’attention des plus hautes autorités en matière d’éducation populaire et surtout d’insécurité dans la capitale gabonaise.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire