dimanche,24 octobre 2021
AccueilDerniers articlesLibreville: les usagers livrés aux intempéries par manque d’abribus

Libreville: les usagers livrés aux intempéries par manque d’abribus

Ecouter cet article

En cette période de crise sanitaire liée au covid-19 ponctuée par le retour des intempéries, il est plus que jamais urgent que le gouvernement mette en place des espaces d’attente aux normes. Car, faut-il le rappeler, l’absence criante d’abribus complique davantage l’activité louable de Trans’Urb, voire Tran’Akanda dans le transport urbain.

L’avènement de la crise covid-19 au mois de mars 2020 a contraint le gouvernement à mettre en place une multitude de services publics gratuits. C’est le cas des transports en commun avec l’accroissement de la desserte en transport pour ce qui est du Grand Libreville. En effet, plusieurs lignes couvrent les principales artères et grands carrefours de cette circonscription territoriale. 

Seulement, la faible fourniture d’abribus constitue un obstacle à l’efficience de ces mesures d’accompagnement promises par le gouvernement Rose Christiane Ossouka Raponda. Les populations s’en trouvent, dès lors, pénalisées et ce, en période pluvieuse. Il n’est plus rare de voir plusieurs personnes attroupées alors même que la situation épidémiologique actuelle recommande l’inverse.

La situation est la même dans presque toutes les artères du Grand Libreville. Au niveau des stations de bus, l’attente est parfois très longue. Résultat, les populations se retrouvent contraintes de faire le pied de grue sous le soleil et la pluie. Les quelques rares abribus existants sis au Lycée d’Etat, à Rio ou à Sainte Marie, ne sont pas assez grands pour permettre à tout le monde de s’y abriter. 

À l’heure où les autorités publiques en charge de la Santé craignent une recrudescence de cas et le déclenchement de la 3e vague de contaminations, il est regrettable qu’aucune mesure n’ait été prise. Le gouvernement gagnerait à remédier à la situation dans les plus brefs délais et ce, dans l’intérêt des populations. Doit-on rappeler qu’Ali Bongo Ondimba avait déclaré qu’il ne serait « heureux que lorsque les Gabonais le seront »? Il semble que ce ne soit pas le cas.

Laissez votre commentaire

Enami Shop