Libreville: Le procureur de la République poursuit ses contrôles inopinés

Front de mer de Libreville © D.R

Le Procureur de la République Olivier N’zaou a procédé dans la nuit du vendredi 22 à Samedi 23 février 2019 à la seconde étape de l’opération de lutte contre l’insécurité et la dépravation des moeurs. Elle s’est déroulée dans les carrefours et  autres endroits chauds de la capitale avec en prime les interpellations de plusieurs personnes pour motifs variés.



Alors que la première étape de l’opération vient de s’achever sur une note de polémique relative à l’interpellation de plusieurs personnes notamment de la chanteuse gabonaise Shan’L, la seconde étape a démarré. En effet, entouré des agents de la Direction générale de la recherche (DGR), des officiers de police judiciaire (OPJ) et de ses substituts, Olivier N’zaou a sillonné les artères de la capitale jonchés des bars, snacks-bars et de boîtes de nuit. Au final plus d’une cinquantaine de gens interpellés pour délits divers.

D’akébé à Nouvelle-cité, des filles mineures, les individus sans pièces d’identité, des établissements non conformes. Les mis en cause sont dans les locaux de la DGR sis à l’avenue hassan II. « Durant cette seconde étape, nous avons encore remarqué la présence de mineurs de 15 et 16 ans dans les boîtes de nuit et les snack-bars, et même des cas d’agressions à l’arme blanche et de séquestration dans certains troquets», a indiqué le responsable des OPJ à notre confrère L’Union.

Par ailleurs, les  personnes arrêtées ne sont en aucun cas poursuivables. Les personnes en défaut de pièces lors de l’interpellation ont quant à elles,  toutes été libérées le samedi en après-midi après que leurs documents leur eurent été apportés par leurs proches. Mais cette étape n’est pas la dernière selon le procureur de la République. « Nous sommes présentement dans une phase de sensibilisation et de prise de conscience. Après celle-ci, nous aborderons celle de la répression », a-t-il précisé. A bon entendeur, salut !

Laissez votre commentaire