dimanche,2 octobre 2022
AccueilA La UneLibreville: le manque d'éclairage public, à l’origine de la hausse des braquages?

Libreville: le manque d’éclairage public, à l’origine de la hausse des braquages?

Ecouter cet article

L’insécurité grandissante à Libreville, comme dans les autres villes du Gabon, ressemble de plus en plus à une équation difficile à résoudre pour le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Défense ainsi que les services de police et de gendarmerie. Pour preuve, la recrudescence de petits larcins dans des voies secondaires de plusieurs quartiers. Une situation à l’origine du manque d’éclairage public, lequel faciliterait les braquages. 

Si des opérations de contrôle ont été organisées en mai 2022 par les Forces de police et de sécurité dans le but de lutter contre le grand banditisme, au quotidien, les riverains continuent d’être victimes de violences de tous genres dans les voies secondaires de plusieurs quartiers. Vol à la tire, agressions physiques, et tout autre infraction, sans que les forces de défense et de sécurité, encore moins le procureur et ses substituts ne daignent communiquer sur les éventuelles enquêtes ouvertes ou en cours. 

Une situation imputable au manque d’éclairage public. « A l’intérieur des quartiers, on n’a pas de lampadaires, certains sont installés mais finissent par ne plus fonctionner. Il n’y a aucun entretien et parfois même ce sont les délinquants qui finissent par les casser pour mieux opérer et braquer les gens. On a beau interpeller la municipalité, on n’a pas de retour. Apparemment ils pensent que la vie s’arrête à la route où il y a le goudron mais dans les mapanes on néglige les habitants » a déploré un riverain.

LIRE AUSSILe texte

Déjà vulnérables et livrés à eux-mêmes, les 600 000 personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté voient donc en plus des inégalités, se creuser le fossé de l’insécurité dans les quartiers dit populaires. Étant entendu que les couches les plus pauvres de la société, qui n’ont déjà que très peu accès aux services d’hygiène de base et à l’eau potable pour ne citer que ceux-là, sont les plus touchées par l’absence d’éclairage public qui semble ne pas inquiéter outre mesure, l’exécutif.

Une situation qui cause désormais la psychose chez certains usagers de cette zone. Lesquels indiquent que depuis plusieurs semaines, il devient quasiment suicidaire d’être hors de son domicile au risque de se faire détrousser ou même agresser par des malfrats souvent postés dans des coins lugubres. Malgré les efforts faits dans le sens de quadriller les villes afin de résorber la délinquance urbaine de plus en plus grandissante, il semble que les résultats soient peu visibles.

LIRE AUSSILe texte

Considéré comme un secteur de souveraineté, la sécurité est chaque année dotée de moyens colossaux mais dont les résultats peinent à se répercuter sur le terrain. Si les malfrats écument paisiblement les artères du pays, les forces de sécurité semblent elles, préoccupées par d’autres priorités, encouragées sans doute par leur hiérarchie qui n’en a cure de la dangerosité d’une telle situation. En attendant, l’impuissance des Forces de sécurité et de défense à veiller sur les biens et les personnes est constatée au quotidien par la recrudescence des victimes et l’impunité qui sévissent.

Andy Marvine Nze
Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales

Laisser un commentaire

1 Laisser un commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Loozap
27 août 2022 à 15h38min 15 h 38 min

L’insécurité dans la ville est déjà de trop

Global Media Time Gif
Nouvel Album de l'artiste RODZENG
Enami Shop
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x