jeudi,29 juillet 2021
AccueilDerniers articlesLibreville: le maire du 5ème arrondissement molesté par les policiers pour s'être...

Libreville: le maire du 5ème arrondissement molesté par les policiers pour s’être interposé à la destruction d’un préscolaire

Ecouter cet article

C’est la confusion qui règne actuellement dans le 5ème arrondissement de Libreville. En effet, le maire de cette circonscription Chadi Moukarim aurait été passé à tabac par les agents de forces de l’ordre ce mercredi 30 décembre 2020 alors qu’il tentait de s’interposer à la destruction du centre préscolaire sis à l’Ecole publique de Lalala. Menotté puis relaxé quelques minutes après, l’élu serait actuellement en soins intensifs au sein de la Polyclinique El Rapha

Tout serait parti d’un signalement des riverains de Lalala à la mairie du 5ème arrondissement. Dans la foulée, l’élu de cette circonscription se serait rendu sur les lieux où il aurait trouvé les agents des Forces de Police nationale (FPN) accompagnés d’équipes prêtes à détruire le centre préscolaire de l’École publique de Lalala. Il tentera de s’interposer car jugeant cet acte déplacé et arbitraire.

En retour, il sera molesté par les agents des forces de l’ordre déployés sur place par le présumé propriétaire de la parcelle querellée. Il sera par la suite menotté puis relaxé sous la pression des populations qui ont envahi les lieux. À l’heure où nous couchons ces lignes, Chadi Moukarim est toujours en soins à la Polyclinique El Rapha où il a été transféré d’urgence par ses proches.

Au cœur de ce conflit la parcelle de terrain qui abrite depuis 45 ans déjà l’école publique de la localité. Témoin de la scène, un riverain a bien voulu relater les faits.« Ce matin aux environs de 10 heures, les agents sont arrivés avec l’intention de détruire l’école. Je me suis rapproché et ils m’ont dit qu’ils avaient une décision du tribunal. Sans nous le montrer . Le propriétaire est un Libanais.», a-t-il confié à Gabon Media Time.

Une drôle d’affaire aux effets néfastes puisqu’à la rentrée des classes prévue pour le 4 janvier 2021, plusieurs enfants n’auront plus d’espace d’apprentissage. Avec le déficit criant en termes de structures d’accueil dans le secteur de l’éducation, il est difficile de s’imaginer où les élèves vont finir leur année scolaire 2020-2021.

Laissez votre commentaire

Lauris Pembahttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en droit Public, je suis passionnée par le journalisme depuis des années. J'anime l'actualité au quotidien sur GMT depuis son lancement en juillet 2016.