Libreville: la préfecture de police lance l’opération «Pose des sabots»

© D.R

Dans le but de lutter contre la persistance des stationnements anarchiques dans la Capitale politique et permettre une meilleure circulation des usagers dans les différentes artères de Libreville et sa périphérie, la préfecture de police a annoncé le jeudi 31 mai 2018 dernier, dans un communiqué, qu’une grande opération de «Pose des sabots», débutera ce lundi 4 juin 2018.

Parce que les usagers, les taximans, les exploitants automobiles, ne cessent de garer leurs véhicules de manière anarchique sur la chaussée et ce, que l’on soit dans la commune d’Akanda, d’Owendo, de Ntoum ou encore à Libreville, les Forces de police nationale ont annoncé la mise en branle d’une vaste opération de pose de sabot dans ces différentes communes dès ce lundi.

Une nouvelle qui suscite déjà la colère auprès des usagers qui voit d’un mauvais oeil la mise en place d’une telle opération. «La ville a été construite sans prendre en compte l’évolution démographique galopante. Après le gaz qui augmente, on nous met les sabots juste parce qu’on cherche à tout prix l’argent pour renflouer les caisses», a indiqué un usager mécontent à nos confrères du  quotidien L’Union.

Il faut souligner que si cette situation de stationnement anarchique est si répandue et perdure malgré de nombreuses mise en gardes, c’est surtout due au manque de parkings publics. En effet, il semblerait que ce type d’investissement n’ait pas suivi le développement fulgurant du parc automobile au Gabon. L’absence criarde de parking contraint naturellement aujourd’hui, les automobilistes à garer pêle-mêle leurs véhicules sur le moindre espace qui s’offre à eux.

Une opération perçue par les usagers comme étant destinée leur soutirer un peu plus d’argent pour renflouer les caisses de l’Etat, mais qui en réalité devrait permettre de réduire l’encombrement observé sur les voies publiques et décongestionner le trafic et la circulation des véhicules. 

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire