mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une Libreville : la Mairie en guerre contre les commerçants illégaux et...

Libreville : la Mairie en guerre contre les commerçants illégaux et les produits impropres à la consommation

Perçu dans l’opinion comme abusive du fait de la mauvaise interprétation dont elle fait l’objet sur les réseaux sociaux, l’opération de contrôle initiée par l’hôtel de ville de la capitale vise des objectifs d’intérêt public. En effet, rentrant dans le cadre de l’opération Mpili, lancée conjointement avec plusieurs administrations dont la direction générale des douanes et droits indirects et des Forces de police nationale, ces descentes ont pour objectif de lutter contre l’exercice illégal du commerce, mais aussi la prolifération de produits contrefaits. 

En effet, pendant près de 5 jours, les populations ont constaté la fermeture de plusieurs épiceries, essentiellement tenues par des commerçants ouest-africains. Si nombreux parmi ces derniers ont jugé abusifs les contrôles menés par des agents de la Mairie centrale de Libreville, il n’en est rien puisque ces opérations s’inscrivent résolument dans la volonté des autorités municipales de mettre de l’ordre dans un secteur où l’anarchie s’était installée insidieusement du fait du laxisme des précédentes équipes. 

Selon un agent municipal interrogé par Gabon Media Time, les contrôles effectués ces derniers jours ont pour objectif de voir clair dans l’exercice de l’activité de commerce dans la capitale. « Sur l’ensemble des commerçants recensés, près de 90% sont d’Afrique de l’Ouest et une grande partie exercent leur activité sans document ni autorisation. L’objectif visé par les autorités est de normaliser cette situation qui devenait presque intenable », nous a-t-il confié. 

Dans la même lancée, notre source a reconnu qu’une sorte d’amalgame s’est installé depuis le lancement de ce contrôle, puisqu’il a été mise en branle dans la même fourchette que l’opération Mpili. Lancée en collaboration avec le Secrétariat général de l’Organisation internationale de la Police criminelle (O.I.P.C-INTERPOL), cette opération avait conduit à la mise en place d’équipes de contrôle sur le terrain, composées des agents de la Police d’investigations judiciaires (P.J), de la Direction générale de la concurrence et de la consommation (D.G.C.C), de la Direction du médicament et de la pharmacie (D.M.P), de la Direction générale des douanes et des droits indirects, avec pour objectif de contrôler les produits commercialisés, procéder à des saisies et infliger de fortes amendes à tous les contrevenants. 

Lire aussi : Gabon: plusieurs produits pharmaceutiques contrefaits saisis lors de l’opération «Mpili» 

« Si l’objectif premier est de vérifier la régularité des documents détenus par les commerçants, notamment la patente ou encore le certificat de contrôle d’hygiène qui fait foi de la bonne qualité des produits commercialisés et de la propreté du commerce, la mairie a à coeur de sécuriser la santé des populations, mais aussi de garantir un exercice de l’activité qui respecte les dispositions légales », a relevé notre source. 

Il faut souligner d’ailleurs que dans l’objectif de lever la mauvaise interprétation des contrôles faite par les commerçants, les syndicats de ces derniers ont rencontré en début de semaine le staff de la mairie, notamment le maire de Libreville Leandre Zué, le maire adjoint Karim Nziengui, le secretaire général Roger Mengue, l’inspecteur général municipal Armand Tchitembo Dagraça et le receveur municipal Roland Tsoungat, pour lever tout équivoque sur cette situation. 

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion