mardi,19 octobre 2021
AccueilDerniers articlesLibreville: la justice ordonne la démolition du mur obstruant la voie Awendjé-Oloumi

Libreville: la justice ordonne la démolition du mur obstruant la voie Awendjé-Oloumi

Ecouter cet article

A la une de tous les médias après le soulèvement des populations en désaccord avec l’érection des murs par la SCI Grand Carrefour, sur la rue commerciale reliant le quartier Awendjé à la zone industrielle d’Oloumi, ce litige vient de connaître son épilogue. En effet, signifiée par exploit  d’huissier de justice la décision de la Cour d’appel judiciaire de Libreville répertoriée N°01/20-21 du mercredi 13 octobre dernier ordonne la démolition desdits murs assortie d’une astreinte de 1 million FCFA.

Il s’agit assurément de la fin d’un long feuilleton qui aura fait couler beaucoup d’encre mais également de salives. En effet, à la diligence de SIM-BTP et du Chef de quartier concerné agissant au nom des populations environnante, la Cour d’appel judiciaire près le Tribunal de première instance de Libreville a rendu le mercredi 13 octobre 2021 une décision qui n’arrachera pas le sourire aux responsables de la SCI Grand Carrefour.

Et pour cause, notifiée par voie d’huissier de justice, ladite décision répertoriée N°01/20-21 « ordonne la démolition des murs y érigés obstruant la route reliant Awendje à Oloumi », est-il indiqué dans ladite décision dont une copie est parvenue à la rédaction de Gabon Média Time (GMT) ce jeudi 14 octobre 2021. D’ailleurs, la Justice gabonaise, n’a pas manqué d’ordonner une servitude de passage sur la parcelle N°195, section GFI du plan cadastral de Libreville, objet du titre foncier N°20392, et le versement d’une astreinte de 1 million FCFA.

Pour information, cette voie secondaire permettait de rallier le quartier Awendjé et la zone industrielle d’Oloumi. Et ce, tout en facilitant le déplacement des populations, notamment des élèves du Collège d’enseignement secondaire public dont les travaux arrivent à terme sous peu. Une nécessité d’ordre public que semble n’avoir pas cerné la Société civile immobilière (SCI) Grand Carrefour qui y avait érigé deux murs de part et d’autre de la voie.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop