Libreville: Dr. Itou  annonce sa candidature au premier siège du premier arrondissement

Dr Ziza Sandrine Itou-Y-Maganga © GMT

Ce jeudi 20 septembre 2018, Ziza Sandrine Itou-Y-Maganga, docteur d’Etat en pharmacie, a annoncé, à l’occasion d’une conférence de presse qu’elle a animée au quartier Louis, sa candidature aux élections législatives couplées aux locales du 6 octobre prochain. La quarantaine révolue, cette femme engagée entend insuffler une nouvelle dynamique à l’Assemblée nationale et au sein du Conseil du premier arrondissement de Libreville.



Face à la presse locale Ziza Sandrine Itou-Y-Maganga a brièvement rappelé les tribulations électorales qu’à connues la vie politique gabonaise partant de 1990, année de l’avènement du multipartisme, tout en invitant les populations du premier arrondissement de LIbreville à observer l’état actuel du pays, de ses villes et de ses quartiers avant de déclarer son intention de porter « La voix des sans voix » au Conseil d’arrondissement et à l’Assemblée nationale.

Ziza Sandrine Itou-Y-Maganga qui n’a pas manqué de faire le constat de l’échec de la  « gouvernance de notre pays et de nos villes», qui selon elle « n’a pas toujours apporté le bien-être, donné du bonheur, instauré la quiétude ou la sécurité dans nos quartiers », a appelé ses compatriotes à voter pour elle. «Chers concitoyens, je suis Dr. Itou, candidate à l’élection législative au premier siège du premier arrondissement de Libreville et tête de liste à l’élection », a-t-elle lancé.

L’état des voiries, les difficultés d’approvisionnement en eau potable et en électricité, l’amoncellement des poubelles, le chômage et l’insécurité sont autant de maux qui minent cette circonscription électorale de Libreville et qui ont suscité la candidature de Dr. Itou, à la fois à la Mairie du premier arrondissement et à l’assemblée nationale.

Eprise de justice sociale, de respect de la dignité humaine, d’indépendance et d’esprit entrepreneurial, Ziza Sandrine Itou-Y-Maganga a invité les populations à massivement voter pour elle aux élections locales et législatives du 6 octobre prochain, pour une changement de mentalité, pour un nouveau leadership et pour une nouvelle classe dirigeante porteuse d’une « Nouvelle Attitude ».

Laissez votre commentaire