Libreville: Barro Chambrier remobilise ses troupes dans le 1er arrondissement

Alexandre Barro Chambrier lors de la causerie Derrière l'Ecole normale © GMT

Le périple du Rassemblement Héritage et modernité (RHM) qui a pour objectif l’installation des structures de base dudit parti, s’est poursuivi le samedi 26 mai dernier, au quartier Derrière l’Ecole normale dans le premier arrondissement de Libreville. A cette occasion le leader de cette formation politique, Alexandre Barro Chambrier a une fois de plus interpellé les populations sur la nécessité de prendre part aux prochaines élections législatives prévues se tenir cette année.

C’est accompagné de plusieurs membres du directoire de son parti, notamment Vincent de Paul Gondjout, Edgard Owono Nguema et en présence de quelques membres des partis alliés en l’occurrence le 3ème vice-président d’Union et solidarité, Anges Kevin Nzigou, et de Flavienne Adiahenot de l’Union nationale, qu’Alexandre Barro Chambrier est allé au contact des habitants de ce quartier de la capitale.

Comme lors des autres étapes de cette tournée entamé il y a plusieurs mois, il a procédé à l’installation de la coordination du 2ème siège du premier arrondissement de Libreville, qui sera désormais dirigé par Jean François Tonda. Ce dernier n’a pas manqué de remercier cette formation politique qui a placé sa confiance en lui et a assuré de travailler d’arrache pieds pour son implantation et sa victoire aux législatives. «Lors des prochaines joutes électorales, RHM saura tirer son épingle du jeux au premier arrondissement, notre parti terminera avec un député dans cette arrondissement», a-t-il lancé.

La déléguée nationale, Victorine Tchicot qui est présagée porter les couleurs du  Rassemblement Héritage et modernité dans cette circonscription a pour sa part invité les populations à adhérer et à soutenir cette formation politique qui selon elle, est celle qui a fait le «pari des femmes, des jeunes et de la modernité».

Revenant sur la question de la participation de l’opposition aux législatives, elle a relevé qu’il était hors de question de se «laisser distraire par l’appel au boycott». «Allez vous inscrire, allez retirer vos cartes d’électeurs, cela ne vous coûtera que quelques heures. Cela vous coûtera quelques heures d’aller voter et mettre votre bulletin dans l’urne», a indiqué la déléguée nationale.

Dans le même esprit, le président du RHM a exhorté les habitants de Derrière l’Ecole normale a ne pas écouter l’appel au boycott, tout en réaffirmant son ancrage dans la Coalition pour la nouvelle République. «Nous ne devons pas baisser les bras. Nous ne laisserons pas passer cette imposture. Jean Ping et nous c’est le même combat, sauf que contrairement à nos amis qui prône le boycott, nous disons qu’il ne faut pas rester à la maison. Nous disons qu’il faut aller aux élections parce que si on n’y va pas, c’est leur donner la possibilité de continuer à faire adopter des lois iniques», a-t-il martelé. 

Laissez votre commentaire