Libreville: Arsène Nkoghe en soutien aux populations du 5ème arrondissement

Arsène Nkoghe à pied d'oeuvre © D.R

Dans le cadre de la journée citoyenne qui se tient chaque premier du mois, Arsène Nkoghé, président du Collectif des jeunes du 5ème arrondissement de Libreville (CJ5), membre de la plateforme associative AJEV, a procédé à la réfection d’une bretelle de route qui était devenue le lieu de tous les actes délictueux des délinquants du quartier.

L’angle de la rue des Frères spiritains, à Lalala à Gauche, dans le 5ème arrondissement de Libreville, qui était devenue le lieu de tous les maux pour les riverains, du fait des nids de poule qui emmenaient les automobilistes à ralentir, se mettant à la merci des braquages et de vols à la tire par les jeunes délinquants du quartier, a connu une cure de jouvence. Ceci, grâce à Arsène Nkoghe, président du CJ5, accompagné de plusieurs membres de ce collectif.

Dans le cadre du respect de la journée citoyenne initiée par le président Ali Bongo Ondimba en 2010, le Collectif des jeunes du 5ème arrondissement a choisi de tenter d’endiguer la délinquance sans cesse grandissante dans ce quartier de la capitale. «Ce site n’a pas été choisi par hasard. Le piteux état de cette route a favorisé des vols dans les véhicules. Quand les voitures ralentissent, il y a des petits délinquants qui se permettent de les ouvrir et voler les effets personnels. Récemment, il y a eu un décès ici, un militaire a fait un accident juste après avoir été attaqué par un malfrat», a confié Arsène Nkoghe.

Pendant toute la matinée de ce samedi 3 mars, le CJ5 s’est employé à réhabiliter cet axe pour limiter tant soit peu «l’insécurité dans ce quartier et surtout, lancer un message aux  pouvoirs publics. Nous ne pouvons pas continuer à subir une telle délinquance. Nos parents, nos mères n’arrivent même plus à aller à l’église à 6 heures du matin parce que il y a toujours des bandits qui sont hébergés dans ce bar là qu’on appelle Douala et qui empêchent  nos parents d’aller pratiquer leur foi en toute quiétude», a dénoncé Arsène Nkoghe qui n’hésitera pas à briguer les suffrages des habitants de cette circonscription de Libreville qui l’a vu naître, pour porter au sein de l’hémicycle les problèmes récurrents auxquels sont confrontées ces populations.  

Cette oeuvre n’a pas manqué de satisfaire les riverains qui ont remercié les initiateurs. «Nous sommes ravis que cette route soit enfin réfectionnée. A cet endroit, les délinquants y avaient élus domicile. Il ne se passait pas un jour sans qu’une personne ne se fasse braquer. Maintenant, il leur sera difficile de s’adonner à leur bassesse. Nous ne pouvons que féliciter ces jeunes du CJ5», a confié une habitante du quartier.

Outre la réfection de cette route, le groupe de jeunes a procédé au nettoyage de la paroisse de Lalala, au curage des caniveaux, au balayage des trottoires. Munis de pelles et de râteaux à la main, le CJ5 s’est mobilisé autour de son président pour rendre propre le quartier et accompagner les pouvoirs publics dans leur devoir d’amélioration de la qualité de vie des concitoyens.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire