Libreville: Aristide Yvon Matoumba à «Sans Famille» pour maltraitance sur son fils de 7 ans

Prison centrale de Libreville © D.R

Aristide Yvon Matoumba Matoumba, Gabonais de 35 ans, a été écroué mardi 20 novembre dernier pour cause de  maltraitance sur son propre enfant, qu’il avait pour habitude de brûler au fer chaud en guise de punition. Des faits particulièrement graves rapportés par le quotidien L’Union dans sa parution de ce jeudi 22 novembre 2018.

Dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 novembre, vers 1h du matin, un petit garçon est surpris, errant dans la zone du PK 12, par un passant. Ce dernier décide de mener le gamin dans les locaux de la gendarmerie de Melen, où sont découverts de multiples hématomes et traces de brûlures sur le corps de l’enfant, notamment sur son dos. Le petit aurait ainsi fugué afin d’échapper aux maltraitances répétitives subies au sein du domicile familial.

Autant d’éléments qui ont conduit à l’arrestation des parents du mineur le lundi 19 novembre et à leur audition qui a permis de découvrir que le garçonnet de 7 ans, qui n’en était pas à sa première fugue, était en cas de bêtise brûlé au fer chaud, ou battu à l’aide d’un câble électrique. Des faits imputés au géniteur de la victime, Aristide Yvon Matoumba Matoumba, qui, face au témoignage accablant de son fils, a reconnu les faits.

Poursuivi pour sévices corporels sur mineur de moins de 15 ans, coups et blessures volontaires et délaissement d’enfant, le père maltraitant a donc été inculpé par le juge des mineurs puis placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville. La mère de la victime a, quant à elle, été blanchie.

Cette affaire de maltraitance choque l’opinion, alors que le Gabon, à l’instar du reste de la communauté internationale, vient de célébrer le mardi 20 novembre dernier la Journée internationale des droits de l’enfant. Le Gabon a une fois de plus montré son implication dans la lutte contre les violences faites aux enfants, notamment par la mise en place au sein du Sénat d’un service central chargé de la protection de l’enfant.  

Laissez votre commentaire