Libreville: 4 mineurs interpellés pour meurtre

Préfecture de Police de Libreville © GabonReview

Plus de deux semaines après la découverte du corps sans vie de Christ Laslandes Boulingui sur un trottoir de la cité de la Caisse, à Libreville, les officiers de police judiciaire (OPJ) ont récemment pu mettre la main sur 4 présumés suspects. Un jolie coup de filet qui laisse présager l’arrestation très prochaine des deux derniers complices de cet acte odieux.

La section des Affaires criminels de la Police Judiciaire (PJ) peut se réjouir d’avoir neutralisé, Handil Doukebene Koumba 19 ans, Nze S 15 ans, Martins Ziza 18 ans et Neva Caresse Ngingone 18 ans. Si deux autres mis en causes, Wilfred Mombo Bibana et un certain Palaba,  sont toujours en cavale, l’arrestation des 4 premiers a permis d’en savoir un peu plus sur le degré d’implication de chacuns d’entre eux dans le meurtre du jeune Christ Laslandes Boulingui.

Selon les enquêteurs, l’auteur présumé de l’attaque à l’arme blanche, Handil Doukebene, aurait réagi suite à des propos calomnieux et mensongers rapportés par les trois jeunes filles, Nze S 15 ans, Martins Ziza 18 ans, toutes deux petites-amies d’Handil Doukebene, et Neva Caresse Ngingone 18 ans.

«Lorsque les petites sont venus me dire que Christ Laslandes a insulté ma mère, je suis rentré dans une colère noire. Déjà les rapports entre lui et nous n’étaient plus au beau fixe depuis un certain temps. Christ Laslandes, faisait déjà ses choses ailleurs avec un autre groupe et nous on faisait les nôtres de notre côté. On avait donc plus rien en commun. Il est 19 heures lorsque, armé de mon couteau, je prends mes deux éléments pour nous lancer à la recherche de Christ Laslandes, que nous avons trouvé debout sur le trottoir, non loin du bar Le Perchoir. Aussitôt, je lui ai enfoncé le couteau en plein abdomen avant de le retirer, puis nous nous sommes éclipsés», a confié Handil Doukebene, sans état d’âmes, aux enquêteurs.

La suite, Christ Laslandes s’enfuira la poitrine perforée et sera retrouvé le 11 mars dernier gisant dans une mare de sang, sur un trottoir de la cité de la Caisse. Voilà donc 4 jeunes, tous déscolarisés, pour une sordide affaire de jalousie et de médisance qui ont été déféré pour de leurs actes devant le parquet de Libreville.

Ils paieront sans doute le lourd tribu perdant ainsi une bonne partie de leur avenir, ou simplement l’en tâcheront de leur passage dans les geôles de la capitale. Espérons toutefois que cette triste expérience fera prendre conscience à ceux qui s’adonnent encore en toute impunité à ce type d’acte.

Laissez votre commentaire