L’Iboga, cette plante qui pourrait rapporter des milliards de Fcfa au Gabon

L'Iboga, plante médicinale du Gabon © D.R

Longtemps considéré comme un produit forestier non ligneux (PFNL), l’Iboga pourrait à moyen terme être vulgarisée et ainsi devenir une culture agricole qui pourrait rapporter très gros à l’économie gabonaise.

De plus en plus d’initiatives individuelles se multiplient souhaitant faire de l’Iboga une culture agricole à part entière. Cette plante hallucinogène et psychotrope, qui fait depuis des décennies parti du patrimoine culturel gabonais, pourrait en plus enrichir son patrimoine financier nous apprend le quotidien l’union.

La première étape de ce processus, est d’abord de mettre en place de petits jardins de 10 à 500 mètres carrés censés alimenter le marché local. L’étape supérieure devrait être d’alimenter le marché des consommateurs internationaux, afin de contourner la vente illégal de l’iboga à travers le monde. Ce commerce qui se fait via le marché noir, est très lucratif et se chiffre à plusieurs millions de dollars, comme nous vous le révélions il y a peu.

Pour le moment le plus grand champ d’iboga est celui d’Hervé Omva, fondateur de l’entreprise IRDC Africa, et fervent défenseur de la plante et qui déclare « Il y a un énorme potentiel économique. Le kilogramme de racines d’iboga est vendu en Europe autour de 1,5 million de francs. Nous avons fait des études pour constater que le Gabon peut devenir premier producteur mondial de cette plante que la nature nous a donné, et, pourrions exporter pour plusieurs centaines de milliards de francs Cfa».

Pour rappel l’iboga est couramment utilisé pour les rites initiatiques, mais peut aussi être utilisé dans les cas de désintoxication à certaines drogues qui créent des dépendances.