Liberté de la presse: le Gabon classé 115ème sur 180 pays

Le Gabon perd 7 place au classement mondial de la liberté 2019 © Capture d'écran GMT/RSF

Reporters sans frontières vient de rendre public son traditionnel classement annuel sur la liberté de la presse dans le monde. Ainsi, malgré les nombreux discours rassurants des autorités, la question de la liberté de la presse au Gabon reste extrêmement préoccupante comme le démontre le classement du pays, qui perd 7 rangs en une année et se retrouve à une inquiétante 115ème place sur 180 pays.

L’Organisation non gouvernementale Reporters sans frontières (RSF) vient de publier son classement annuel sur la liberté de la presse dans le monde. Ainsi, soulignant une fois de plus « la dégradation mondiale de la liberté de la presse », en plus de « la haine des journalistes, les attaques contre les reporters d’investigation, la censure notamment sur internet et les réseaux sociaux », RSF s’est montré très préoccupée notamment en ce qui concerne le Gabon.

GABON LIBREVILLE

En effet, classé 108ème en 2018, le Gabon regresse de 7 rangs pour n’être plus que 115ème sur 180 pays. Déplorant une « inquiétante érosion de la liberté de la presse », RSF a par ailleurs pointé du doigt le durcissement des conditions d’octroi des subventions gouvernementales à la presse, en indiquant notamment « qu’ils soient privés ou publics, les médias voient leurs subventions réduites par le gouvernement. Résultat, les médias manquent cruellement de ressources et de moyens ».

Par ailleurs, l’Ong a tenu à souligner que « sous le régime d’Ali Bongo, la culture d’une presse indépendante n’est pas encore établie, la majorité des publications est partisane et l’autocensure est largement pratiquée ». Ce nouveau classement vient donc matérialiser, une année de « censure » marquée par une « inquiétante multiplication des sanctions touchant aussi bien la presse nationale qu’un média étranger ».

En outre, dans ce classement 2019, le nombre de pays considéré  comme sûrs, où les journalistes peuvent exercer leur métier en toute sécurité, continue « de se réduire », tandis que « les régimes autoritaires renforcent leur emprise sur les médias ». A noter qu’avec ce 115ème rang, le Gabon reste leader en la matière en zone CEMAC, ce qui reste tout de même une très maigre consolation.

Laissez votre commentaire