L’exécution budgétaire au centre d’un Séminaire Régional à Libreville

Libreville abrite depuis le 6 novembre courant, un séminaire régional sous le thème : «Pilotage de l’exécution du budget : Instruments et responsabilité». Ces travaux qui regroupent les pays de l’Afrique centrale sont organisés sous l’égide de l’AFRITAC Centre qui est une initiative du Fonds Monétaire International (FMI) avec l’appui des pays participants que sont : le Burundi, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Tchad et, Sao Tomé-et-Principe.

Ce séminaire qui se tiendra jusqu’au 10 novembre prochain répond au souhait formulé par les pays membres d’AFRITAC Centre de renforcer les capacités des cadres des administrations financières. Il s’agira donc pour les participants de mettre à jour leurs compétences en matière de pilotage de l’exécution du budget et de la trésorerie de l’État auprès des ordonnateurs et des gestionnaires de crédit, conformément aux textes organiques régissant les Finances Publiques au niveau de la CEMAC et en dehors.

A l’ouverture des travaux, Paulo Drummond, le Directeur AFRITAC Centre a signifié sa gratitude à l’endroit de l’Etat gabonais pour avoir accepté d’accueillir les travaux de ce séminaire au lendemain de la tenue en mars dernier à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, de la réunion du comité d’orientation d’AFRITAC Centre qui a vu la passation de charge de la présidence du comité de la RDC pour  le Gabon. Ce qui pourrait justifier aisément le choix de la capitale gabonaise pour la tenue de ce séminaire technique autour des finances publiques.

Pour Paulo Drummond, cette rencontre s’inscrit dans le cadre «du programme d’activité approuvé par la réunion du Comité d’orientation d’AFRITAC Centre. Et le thème s’inscrit dans le cadre  du programme pluriannuel adossé sur le 3e cycle de financement ‘AFRITAC Centre pour la période 2017-2021. Les grandes orientations de ce programme s’articulent autour de la mise en œuvre des dispositions innovantes d’une part d’une part des directives de la CEMAC dont l’échéance de transposition est prévue pour le 31 décembre 2017 pour les pays de la CEMAC et d’autre part du nouveau cadre de gestion des autres pays de l’Afrique Centrale couverts par AFRITAC Centre». D’où la présence à ces travaux des représentants des services centraux  de gestion budgétaire (Budget, Trésor), et de contrôle (Marchés Publics) du ministère en charge des Finances publiques, ainsi que ceux des services financiers  des ministères sectoriels en charge de la préparation et de l’exécution du budget (santé, éducation, et infrastructures).

Prenant la parole pour l’ouverture des travaux de ce séminaire, Jean Fidèle Otandault, ministre d’Etat, en charge du Budget et des Comptes Publics  a indiqué à l’entame de son propos circonstanciel que depuis «l’apparition des premiers signes d’essoufflement de nos économies, consécutivement à l’effondrement des cours de nos matières premières, notamment ceux du pétrole a poussé les Chefs d’Etat à engager  des réformes qui mettent effectivement l’accent sur une meilleure prise en main  de la gestion de nos finances publiques, notamment par le biais d’un véritable pilotage budgétaire».

Ce séminaire s’inscrit de ce fait dans cette dynamique. Le pilotage de l’exécution du budget «s’entend comme un ensemble des mesures et instruments mis en place pour réaliser, non seulement les objectifs de la politique budgétaire, mais également l’atteinte des résultats dans la mise en œuvre des politiques publiques»; a-t-il rappelé.

Reste maintenant à tout mettre en place des outils tels que les plans d’engagements , les plans de passations de marchés, le plan de trésorerie, afin de  permettre à tous les acteurs d’avoir une meilleure visibilité, nécessaire à la mise en œuvre des programmes budgétaires.

Laissez votre commentaire