Les Souverainistes appellent au boycott de la fête du 17 août

Francis Aubame, président du Parti Les Souverainistes Écologistes © GMT

Lors de la causerie qu’ils ont animé ce samedi 12 août au quartier Bessieux dans le 3ème arrondissement de Libreville, les responsables du parti Les Souverainistes Écologistes, membre de la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping, sont largement revenus sur la situation sociopolitique du pays, qui selon eux laisse présager des lendemains incertains.

En effet, la délégation de ce parti d’opposition qui était constituée entre autres de son président, Francis Aubame, accompagné de Michel Ongoundou Loundah, Alphonse Louma, Serge Mike Minko, Michel Delbrah ou encore Alain Obame Engone, ont entretenu les populations de Bessieux sur la grave crise que traverse le pays depuis la fin de l’élection présidentielle du 27 août 2016.

Lors de son intervention le secrétaire exécutif des Souverainistes, Michel Ongoundou Loundah, est largement revenu sur le climat politique né du dernier scrutin présidentiel, qui a vu «Ali Bongo s’emparé du pouvoir par la force, comme en 2009» au détriment de Jean Ping qui en était le véritable vainqueur. Une situation qui selon lui a contribué à accentuer la situation socio-économique «chaotique» que connaît le pays.

Prenant la parole par la suite le président dudit parti, Francis Aubame, a une nouvelle fois réaffirmé l’appartenance des Souverainistes à la coalition autour de Jean Ping. «Nous étions depuis le début et nous serons jusqu’à la fin», a t-il déclaré. Ainsi, il a évoqué la nécessité de s’engager dans le combat pour l’alternance et le changement, qui est matérialisé par le principe de la «résistance».

«Nous venons dire que ce combat se déroule mieux, avec des consignes précises, à l’intérieur des partis politiques de la Coalition. Il faut donc vous inscrire dans les partis liés à Jean Ping» a expliqué Francis Aubame.

Par ailleurs, concernant la célébration prochaine du 57 anniversaire de la fête de l’indépendance du pays, les membres du Bureau des Souverainistes ont martelé que celle-ci devrait être boycottée tant «qu’Ali Bongo et ses affidés sont encore au pouvoir». Ainsi, pour Alphonse Louma, les seules dates qui devraient être célébrées  désormais sont le 27 et le 31 août, car elle marque des événements importants pour la Nation. «Le 17, restez chez vous. A moins que vous vous retrouviez dans le régime des Bongo»; a t-il d’ailleurs lancé.

Laissez votre avis