«Les Petits Prodiges» ou le pari d’apprendre en s’amusant

La fondatrice du jardin d'enfants «Les Petits Prodiges», Marie-No Gandzion © GMT

C’est indéniablement la voix de la passion qui s’exprime chez la fondatrice du jardin d’enfants «Les Petits Prodiges», Marie-No Gandzion, lorsqu’elle présente cet établissement un tantinet novateur. Situé derrière le camp De Gaulle,  plus précisément au lieu dit derrière l’immeuble Cocody, ce préscolaire s’est erigé depuis sa création en 2016 en terreau d’un apprentissage innovant, alliant programmes classiques et méthodes alternatives.

Au fil de la visite conduite par la jeune directrice diplômée en Négociation et management commercial, la première impression est le cadre serein qui y règne. Sans doute le fait que nos jeunes écoliers étaient en mode sieste lors de notre passage, toute chose qui nous a permis de nous imprégner discrètement et surtout avec intérêt du fonctionnement de cet établissement. De prime abord, ce qui peut toucher, c’est l’environnement calme et paisible du quartier dans lequel il est situé. En pénétrant les locaux, la verdure vous accueille donnant l’impression d’être dans un jardin public au sens strict du terme.

C’est la première particularité de ce lieu qui se démarque de tous les autres établissements que compte la capitale. Outre cet aspect, l’enseignement est basé sur une jonction sans doute parfaite de la méthode pédagogique classique et celle dite alternative. La méthode classique, avec les programmes du ministère de l’Education nationale, à laquelle y est ajouté celle dite alternative qui fait appelle à la créativité méthodologique, fondée sur l’écoute de l’enfant et le plaisir de l’apprentissage, proposée par certaines enseignantes comme Maria Montessori.

«Nous faisons plus dans le concret que l’abstrait. Nous commençons d’abord par le coté théorique. On leur apprend les leçons et ensuite on passe à la parti pratique. Et dans cette façon d’apprendre, il y en a d’autres qui ont besoin de plus. C’est dans ce cadre que les ateliers vont venir renforcer ce qui est déjà fait en aval. Ainsi, nous avons comme activité le potager et la pâtisserie toutes les semaines, beaucoup de motricité, notamment le sport. Et nous avons également des activités comme le théâtre et le Yoga», a confié la fondatrice de cet établissement.

En s’intéressant d’ailleurs au potager entretenu par les petites mains ouvrières des bouts de choux, on peut observer ici et là, des tomates, des cannes à sucre, des gombos, des papayes et de la banane. Autant de fruits et légumes que les enfants prennent plaisir à entretenir chaque après midi. L’objectif de l’école est de leur apprendre l’importance de la protection de l’environnement et de développer une conscience et un sens de la participation, et de les aider à acquérir des connaissances sur les principes écologiques visant à trouver un équilibre entre la santé individuelle, celle de de la société et de l’environnement.

Revenant sur les premiers pas de l’etablissement, Marie-No Gandzion n’a pas caché qu’ils étaient quelque peu difficiles. «Au départ, cela n’a pas été facile. Les parents ont eu un peu de mal à adhérer à ce concept, disons-le inédit. Mais au fur et à mesure, des parents à la recherche d’un concept différent pour ne pas dire original pour leurs enfants,  se sont rapprochés de notre établissement. Petit à petit, d’autres sont venus inscrire leurs enfants et c’est ainsi que la famille des Petits Prodiges s’est agrandie au fil du temps», a-t-elle souligné.

Il faut noter que l’établissement est composé d’une crèche (dès 3 mois), une maternelle, un centre périscolaire (activités tous les après-midi de semaine), et un centre aéré (activités éducatives et de loisirs durant les vacances scolaires) qui accueille les enfants jusqu’à 12 ans. Tout au long de la visite, elle nous a expliqué les différentes méthodes d’apprentissages innovantes tout en respectant les matières pédagogiques classiques.  

«Ici nous proposons quelque chose de différent. On apprend autrement. Je ne dirais pas que c’est un système révolutionnaire, mais nous proposons quelque chose de différent aux enfants qui ne se retrouvent pas dans le système classique ou spécialisé, puisque nous agissons sur plusieurs volets», a conclu la fondatrice.  

Au terme de cette visite qui nous a permis de découvrir l’offre d’apprentissage original de cet établissement, Marie-No Gandzion a invité les parents désireux de faire profiter à leurs enfants cette riche expérience, de se rapprocher de la direction afin d’avoir de plus amples informations pour la prochaine rentrée des classes.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire