Les parents d’élèves contestent les mesures prises par Florentin Moussavou

Dans l’optique de mettre fin au mouvement de grève qui paralyse le secteur éducatif, Florentin Moussavou, ministre l’Education nationale, a pris des mesures qui font couler beaucoup d’encre et de salive. Après Bruno Ben Moubamba, vice-premier ministre, chargé de l’habitat, qui s’est désolidarisé, au tour des parents d’élèves de remettre en cause ces mesures.

Par le biais de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves et d’étudiants du Gabon (FENAPEG), les parents d’élèves contestent cette décision qui consiste à suspendre les salaires des enseignants et à les radier.

Selon un parent d’élève, « Le ministre s’accroche là à des mesures prises sans concertation avec les différentes parties. Je ne pense pas que c’est ce qui va résoudre le problème de notre système éducatif », nous confie le quotidien L’Union.

René Mezui-Menié, président de la FENAPEG n’a pas manqué de réagir. Pour lui « Depuis quelque temps, le ministère en charge de l’Éducation nationale fait fi de l’avis des partenaires dont il dispose en ce qui concerne l’éducation. En l’occurrence nous, les parents d’élèves. Pourtant, nous sommes le troisième partenaire sur la question de l’éducation et de la formation de nos enfants. C’est malheureux pour le système éducatif de notre pays », tel que nous le rapporte le quotidien L’Union.

Ainsi, les mesures prises par Florentin Moussavou ne semblent arranger personne. Il serait plutôt judicieux de s’asseoir avec toutes les parties, de poser les vrais problèmes afin d’aboutir éventuellement à des solutions satisfaisantes pour tous. L’avenir de nos enfants en dépend.

Laissez votre avis