Les magistrats lèvent leur mouvement de grève

© Gabonreview

Réunis en assemblée générale ce mardi 14 février au Palais de justice de Libreville, le Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag) a décidé de lever son mouvement de grève entamé le 12 novembre dernier. Les juridictions judiciaires, administratives et financières rouvriront leurs portes dès ce mercredi.



L’arrêt de la grève a été décidé suite à la satisfaction par le gouvernement de la majorité des points inscrits au cahier de charge du Synamag. Selon Justin Loundou, vice-Président du Syndicat national des magistrats du Gabon : «Sur les six points de revendication, l’assemblée générale a constaté les actes posés par le gouvernement mais aussi les avancées significatives. C’est au regard de ces avancées que l’ensemble des magistrats, conscient du mal causé par cette grève auprès des usagers a décidé de mettre un terme à cette grève sur l’ensemble du territoire», a-t-il déclaré au sortir de l’assemblée générale.

A cet effet, «l’assemblée générale a donc décidé de la reprise du travail. Nous exhortons les magistrats à reprendre le travail dès demain mercredi», a poursuivi le  vice-Président du Synamag

A quatre (4) mois de la fin de l’année judiciaire, cette réouverture des cours et tribunaux vient assurément soulager les justiciables qui ont vu leurs dossiers bloqués depuis le mois de novembre 2017.

Pour rappel, les magistrats ont obtenu de leurs administration de tutelle, la mise à disposition des bâtiments devant abriter les tribunaux administratifs de Port-Gentil et Franceville, l’attribution d’un immeuble de Batterie IV qui abritera désormais la Cour d’appel administrative et au tribunal administratif de Libreville, le règlement de la prime d’incitation à la performance, le paiement des costumes d’audience. Restera à satisfaire, l’application du décret n°404 du 20 août 2015 fixant le régime de rémunération des agents civils de l’Etat et portant et l’affectation des magistrats suivant le respect du principe de la spécialité de chaque de juridiction.

Laissez votre commentaire