Les magistrats décrètent une grève générale illimitée jusqu’au départ du ministre de la Justice

Des membres du Synamag © GMT

C’est à la faveur d’un point de presse qu’ils ont animé ce mercredi 13 décembre 2017, à la salle d’apparat du palais de justice de Libreville, que les magistrats réunis au sein du Syndicat national de la magistrature (SYNAMAG), ont tenu à réagir aux propos du ministre de la Justice, Francis Nkea, qui accuse un Juge d’instruction et le président de leur organisation syndicale être des corrompus.

C’est véritablement remontés que les hommes et femmes en robe noire ont réagi aux déclarations jugées «mensongères, injurieuses et diffamatoires à l’endroit du juge d’instruction et du président du SYNAMAG, mais aussi et surtout à l’ensemble des Magistrats du Gabon». Ils ont noté que «ses propos grossièrement fabriqués» n’avaient pour seul dessein que de «manipuler l’opinion et de diviser la corporation».

Revenant sur les accusations de corruption proférées par Francis Nkea contre le Juge d’instruction, le président du Synamag, Germain Nguema Ella, a balayé du revers de la main ces assertions, soulignant que «sieur Wague n’est pas le seul à avoir été laissé en liberté provisoire comme le ministre veut le faire croire».

En effet, dans sa conférence de presse, le ministre avait laissé entendre qu’il existait une collusion frauduleuse entre le Juge et l’inculpé, des affirmations qui selon les magistrats suscitent des interrogations : «sur quoi se fonde le ministre pour établir des liens préexistants entre le Juge et l’inculpé, quand on sait que la procédure de Wague est arrivée à son cabinet sous forme de réquisitoire supplétif alors même qu’elle n’était pas de permanence?» se sont-il demandés.

Sur le prétendu chantage du président du Synamag, ils ont fait remarquer que «ni le Bureau exécutif, encore moins le président ne peuvent influencer le vote lors de la prise des décisions en assemblée générale qui reste l’organe délibérant et souverain».

C’est donc fort de cette attitude «désinvolte» et «diffamatoire» que les magistrats ont décidé à l’unanimité, du lancement d’une grève générale illimitée à compter de ce jeudi 14 décembre, et ce, «jusqu’au départ de Francis Nkea du ministère de la Justice»; ont-ils martelé.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire