Gabon Gabonmediatime Agence Nationale Des Bourses Du Gabon Anbg Gabon
Agence nationale des bourses du Gabon © D.R.

Alors qu’il était convenu après la réception d’un mail de Campus France le 31 mars 2020, que le versement de la bourse du mois d’avril déjà retardé, devait faire l’objet d’un paiement au plus tard, le 15 avril 2020,  les étudiants gabonais de France ont à leur grande surprise, reçu un nouveau mail ce mardi 14 avril 2020, les informant de ce que finalement, ils ne percevront plus leurs versements à la date indiquée. S’il a  certes annoncé que les fonds sont en cours de transferts, Campus France n’a donné aucune indication la date de perception desdits fonds. 

Le 31 mars 2020 les étudiants gabonais en France du reste en confinement, recevaient un mail de Campus France leur annonçant que « le paiement de votre allocation de bourses du mois d’avril vous sera payée le 15 avril.  Dès réception des fonds en provenance du Gabon, dont l’envoi nous a été annoncé aujourd’hui par l’ANBG, nous mettrons tout en œuvre pour régulariser vos allocations dans les meilleurs délais ». Dans ledit mail, Campus France affirmait que l’envoi des fonds était effectif depuis le 31 mars. 

Deux semaines après, soit 14 jours de l’annonce par campus de l’envoi des fonds, rien n’a manifestement été fait par l’Agence nationale des bourses du Gabon, contraignant campus à faire un autre mail ce 14 avril dans lequel il s’immole de contradiction « en référence à notre mail du 31 mars 2020, nous venons d’être informés par l’ANBG que les fonds nécessaires au paiement de l’allocation d’avril 2020 ont été débités de leur compte et sont en cours de transfert » avant de préciser « sans pouvoir vous donner une date précise, ceci devrait intervenir dans les jours qui viennent » at-on pu lire du mail de l’agence gestionnaire dont Gabon Media Time a reçu la copie.

Des ambiguïtés et une communication brumeuse et empreinte de non-dits qui a poussé la Fédération gabonaise des étudiants de France désabusée à sortir de sa réserve pour dénoncer cet état de fait qui « plonge la vie des étudiants dans une crise financière difficile en cette période de confinement et impacte leur scolarité ». 

C’est par le biais d’un mail qu’elle a fait parvenir à Campus France que la Fédération a exprimé son sentiment qui oscille entre colère et désarroi. « Confrontés à cette crise sanitaire de Covid-19 qui frappe l’humanité, votre administration s’illustre par un comportement déshumanisant en nous privant depuis le 01 avril 2020 de nos bourses. L’ambiguïté communicative contenue dans vos courriels frise l’injure. Comment comprendre ces incongruités langagières ? Vos agents nous affirment à chaque fois avoir reçu de la part de l’Agence Nationale des Bourses du Gabon des fonds qui ne nous parviennent que tardivement», at-on pu lire dans un mail envoyé par la coordination générale de la Fédération des étudiants gabonais de France. 

Contacté par la rédaction de Gabon Media Time, Le Coordinateur Général, Jheff Nsogo Mouissi a lui aussi manifesté son mécontentement face à la situation extrêmement précaire à laquelle ils sont confrontés. « Effectivement, nous sommes sans allocations d’études depuis deux semaines. Cette situation  plonge des étudiants gabonais de France dans une précarité financière. À cette difficulté s’ajoute la psychose du confinement des étudiants résidants dans les appartements de 9 m2. Nous dénonçons cette gestion exécrable de nos bourses. Nous dénonçons par ailleurs, la communication lapidaire de notre gestion campus France » nous expliquait Jheff Nsogo Mouissi, coordonnateur général de la fédération des étudiants gabonais de France.

Alors que le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères Alain Claude Bilie-by-Nze annonçait ce 10 avril avoir débloqué dans le cadre des mesures d’accompagnement relatives au Covid-19, la bagatelle somme de 967 millions de Fcfa, au bénéfice des Gabonais en court séjour à l’étranger, le nonpaiement des bourses aux étudiants gabonais de France tombe véritablement sous le sens. Car il très difficile de faire admettre à l’opinion que bien qu’incapable de payer les bourses des étudiants, on mette à disposition pour 552 gabonais, plusieurs centaines de millions de Francs. 

Laissez votre commentaire