Les artistes gabonais en studio pour saluer la mémoire de Kacky Disco

Au studio Les Deux Macros, ce mercredi 6 septembre un collectif d’artistes chanteurs gabonais se préparent à rendre hommage à Kacky Disco. Ce monument de la musique gabonaise, décédé à Bongolo, le 3 septembre 2017. Plusieurs chanteurs étaient présents pour, composer, interpréter et célébrer le promoteur de l’Oriengo disparu brutalement.

«L’artiste ne meurt pas, il demeure dans ses œuvres», nous dit en substance Hermy Mabila. Kacky Disco, confesse-t-il, laisse un répertoire riche en sons et en images. Il était souvent à l’écoute des autres et partageait son expérience aux plus jeunes, que nous sommes, poursuit-il. L’auteur de “Mè lô bessa na” (texte dans lequel il évoque la perte d’un être cher), nous explique-t-il, «était à la fois poète et philosophe». Poète, parce qu’il nous faisait rêver et philosophe, parce qu’il nous faisait, non seulement, réfléchir mais aussi, suscitait-il en nous, la méditation sur la vie et la mort. La preuve, l’artiste dans l’une de ses compositions, parlait déjà des instants après sa mort physique. «Le jour de mon départ de ce bas monde, les tam-tams seront laissés à l’abandon au coin des cases. Les tam-tams seront laissés à l’abandon que vous aurez des larmes aux yeux. Des larmes aux yeux, que des jeunes filles auront perdu de leur beauté. Elles auront tellement fané que même les moutons seront accroupis et tristes».

Très émues quant à elles, Amandine et Lauriane Ekondo disent garder de bons souvenirs de l’homme qui pour elles,  était une bête de scène. Pour Amandine, Reine de l’Empire : « Kacky Disco était un humaniste. L’esprit d’écoute, de partage, de respect et d’amour envers ses semblables, sont entre autres, les qualités que je retiens de lui.» Le fait d’ailleurs, qu’il ait pu mettre ou mettait les handicapés au-devant de la scène, lors de ses différents spectacles, était un signe et une marque de considération à l’égard de ces derniers. Il leur donnait une place de choix. Ils étaient non seulement appréciés par le public, mais éprouvaient également du plaisir à faire du spectacle. A travers ces multiples spectacles, Kacky Disco permettait à ces handicapés de gagner dignement le pain à la sueur de leur front, comme on dit», finit elle par conclure.

Pour Landry Ifouta, Kacky Disco était porté par l’esprit humaniste. Il aimait beaucoup les autres. Les artistes gabonais devraient être solidaires les uns envers les autres. Il a par ailleurs, appelé à la responsabilité des uns et des autres afin d’entretenir cette flamme, celle de la solidarité. Kacky Disco était pour lui, un grand frère. Un artiste qui avait le souci de donner le meilleur de lui sur scène, pour le plaisir et le bonheur de ses nombreux fans.

Angèle Assélé, Nadège Mbadou, Nicole Amogho, Landry Ifouta, Arnold Djoud, Hermy Mabila, Loriane Ekondo, Tempête du Désert, le groupe Kifra-L (D6BEL et Kessy) Amandine, Said Boussougou et bien d’autres artistes de la chanson gabonaise étaient présents au Studio Deux Macros pour saluer la mémoire de l’artiste.

Tsonga Mbicka

Laissez votre avis