Les anciens employés ESS Gabon invitent l’ONEP à «rompre avec le syndicalisme politique»

Siège de l'Onep Port-Gentil © D.R

C’est à la faveur d’une conférence de presse qu’ils ont tenu le samedi 14 avril dernier, que les anciens employés d’ESS Gabon, dans un élan de gratitude envers les pouvoirs publics, se sont penchés sur le cas de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP). Ces derniers ont accusé l’ONEP d’interférence et de syndicalisme politique.

Rapporté par le quotidien L’Union, les 378 employés que comptait ESS Gabon, licenciés pour raisons économiques, se sont réunis il y’a une semaine pour remercier le gouvernement pour la sortie favorable à la crise qui les touchait.

La conférence de presse animée par Romaric Masobidia, ancien directeur de ressources humaines (DRH) et Arnaud Mpira, ancien délégué syndical, a eu pour point focal le remerciement les pouvoirs publics, en tête desquels  le président de la République, qui par la voix de son ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue, a dirigé les négociations «avec brio». Mais, contre toute attente,  ladite conférence s’est soldée par un règlement de compte contre l’ONEP. Organisation à laquelle ils étaient pourtant affiliés.

Arnaud Mpira, a entre autre dénoncé les manœuvres de l’ONEP pour ne pas communiquer avec le gouvernement. «L’ONEP, avait dénoncé notre démarche de recourir à la médiation du ministre du Pétrole et des hydrocarbures. Ce que nous ne comprenons pas, d’autant que les dispositions légales en vigueur au Gabon, prévoient qu’en cas de blocage, les délégués peuvent faire intervenir un tiers pour la suite des négociations», a-t-il indiqué, avant de convier les autres organisations en situation de crise à faire confiance au gouvernement et à «rompre avec le syndicalisme politique».

Dans une démarche similaire, le ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, dans le cadre de l’affaire ESS Gabon, filiale gabonaise du Groupe Compass, avait lui aussi, en février dernier, convié l’ONEP «à faire du syndicalisme et travailler pour le bien-être des populations et les membres qui sont associés au lieu de se mêler de politique».

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire