Législatives: le sénateur Eyeghe Ndong justifie son appel au boycott

Jean Eyeghe Ndong, le 3 mars 2018 © Sonapresse

La question de la participation de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) aux prochaines législatives continue de faire débat au sein de l’opposition gabonaise. Dans l’optique d’expliquer son refus de voir son camp politique prendre part à ce scrutin, l’ancien Premier ministre et sénateur du 1er siège du 2ème arrondissement de Libreville, Jean Eyeghe Ndong a animé une causerie le samedi 3 mars dernier à sa permanence de Nkembo.

Au menu de cette rencontre qui a vu la participation de plusieurs de ses partisans, la question de la participation aux législatives prévues se tenir le 28 avril prochain au plus tard. Pour le dernier premier ministre d’Omar Bongo Ondimba, la Coalition ne doit pas participer à ce scrutin. Les raisons évoquées par Eyeghe Ndong sont entre autres, la fraude orchestrée lors de la présidentielle du 27 d’août 2016 et les morts enregistrés au lendemain de sa proclamation. Ces faits sont selon lui, de nature à s’opposer à la participation aux législatives.

«Il est important que nous réglions absolument ces contentieux, avant d’aborder l’aspect des élections législatives dont on parle tant. Tant que ces problèmes ne seront pas réglés, les élections législatives n’auront pas d’objet», a-t-il martelé.

Par ailleurs, Jean Eyeghe Ndong n’a pas manqué de tirer à boulet rouge sur les membres de la Coalition qui tiennent à prendre part à l’élection des députés. Il s’en est notamment pris au Rassemblement héritage et modernité d’Alexandre Barro Chambrier, Les Démocrates de Guy Nzouba Ndama, l’Union nationale de Zacharie Myboto et l’Union et solidarité de Moukagni Iwangou.

«Le problème des élections est pour moi bassement matériel, parce qu’il y a des gens qui veulent y participer pour devenir député», a lancé l’actuel sénateur du 1er siège du 2ème arrondissement de Libreville, Jean Eyeghe Ndong. 

Laissez votre commentaire