Législatives / Jean Ping :  «Ali ne sera pas là en 2018, donc c’est nous qui allons organiser les élections»

Jean Ping © GMT

Ce vendredi 12 mai, la presse nationale et internationale était l’hôte de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, Jean Ping. Ce dernier qui continue de revendiquer sa victoire a tenu à entretenir les hommes et femmes de médias sur les sujets d’actualité. Il a entre autres abordés, la participation aux législatives de certains membres de la Coalition pour la nouvelle République qu’il dirige.



En effet, pendant plus d’une heure, Jean Ping s’est entretenu à coeur ouvert avec les journalistes sur les questions d’actualités. Ainsi il a profité de cette occasion pour aborder la question de l’organisation des élections législatives et la participation de ses soutiens à ce scrutin.

D’entrée de jeu, Jean Ping a été plus que claire en indiquant que «l’opinion gabonaise, la population gabonaise ne veut de législatives organisées par Ali Bongo», il a souligné que cette question est toujours en discussion au sein de la coalition.

Par ailleurs, répondant à la question d’un journaliste sur les déclarations de Guy Nzouba Ndama, qui évoquait l’idée «qu’Ali Bongo ne rendra pas le pouvoir qu’il a frauduleusement usurpé» et que de ce fait il fallait «se focaliser désormais sur les élections législatives», le leader de l’opposition a  semble t-il pris fait et cause pour l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Se voulant pragmatique, il a tenté d’expliquer la démarche d’Ali Bongo, «dans l’intervention de Nzouba, je crois percevoir deux choses, la première c’est qu’il (Ali Bongo, NDLR) ne rendra pas le pouvoir simplement, c’est-à-dire qu’il faut guerroyer, on se bat à prendre le pouvoir. J’ajouterais ceci, l’histoire nous apprend que jamais dans aucun pays au monde les choses se sont passées comme dans un dîner de gala, où on dit à des adversaires au cours d’un dîner de gala; entendez vous, le pouvoir ça s’arrache, parfois dans la douleur, parfois dans le sang».

Poursuivant son intervention, «le président élu» comme il se réclame toujours, a ajouté que «le président Nzouba semble dire que : Moi j’étais président de l’assemblée nationale, je connais toute les circonscriptions et j’ai mes gens un peu partout, et donc nous allons gagner les législatives, pourquoi voulez vous que je donne mon poste de député en m’abstenant à un émergent, donc moi je pense qu’il faut aller aux élections».

«Est ce qu’il a tort, est ce qu’il a raison? Je ne pense pas qu’il a tort, je ne pense pas qu’il a raison» a souligné Jean Ping. Avant d’ajouter avec assurance que «les élections vont semble t-il être repoussé en 2018, mais Ali ne sera pas là en 2018. Donc c’est nous qui allons organiser les élections».  

Laissez votre commentaire