Législatives: Chantal Myboto invite les populations de Bel-Air à s’inscrire sur les listes électorales

Jeanine Taty et Chantal Myboto © D.R

En prélude aux élections législatives prévues se tenir cette année, le membre du bureau exécutif de l’Union nationale (UN), Chantal Myboto Gondjout s’est entretenue, le mercredi 23 mai 2018, avec les populations du quartier Bel-Air, dans le 1er arrondissement de Libreville. A cette occasion elle les a invité à aller s’inscrire massivement sur les listes électorales, mais surtout à apporter leur soutien à sa formation politique.

Après les périples d’Okala Carrière, Plaine-Orety, Derrière la Prison, Lalango, Ancienne Sobraga, Lac Bleu, Bel-air Manguier, Bel-air Transfo, Louis, Charbonnages et bien d’autres, l’ancienne candidate aux locales de 2013 s’est retrouvée mercredi dernier au quartier Bel-air, précisément au rond point Lycée. Occasion choisie par Chantal Myboto, accompagnée de Jeanine Taty et d’autres membres de son parti, pour entretenir les populations  sur les questions sociopolitiques de l’heure et plus particulièrement sur les prochaines élections législatives.

Revenant sur l’épisode de l’élection présidentielle du 27 août 2016, Chantal Myboto Gondjout a tenu à rappeler les circonstances de son déroulement et l’épilogue qui s’en est suivi, jusqu’à l’attente actuellement d’un dénouement heureux. «Jean Ping est le Président élu par les Gabonais, et il faut se battre pour la réhabilitation de cette réalité. Mais cela passe bien sûr par multiples procédés auxquels nous devons tous y mettre la mains pour réussir», a-t-elle confié.

Sur la question des législatives, elle  a invité les populations à s’enrôler massivement le moment venu pour faire barrage aux candidats du Parti démocratique gabonais (PDG) et ses alliés, et assurer à ceux de la Coalition pour la nouvelle République, une victoire sans ambages, soulignant «la nécessité pour l’opposition de prendre part à ces élections, pour éviter l’erreur de 2011, afin de ne pas laisser au Pouvoir illégitime, une autre  chance de légiférer tout seul, et nous imposer des lois iniques».

Laissez votre commentaire