Législatives 2018: Les Démocrates émettent des doutes sur le respect des délais

Guy Nzouba Ndama, président de Les Démocrates © GMT

A l’occasion de la célébration du premier anniversaire de sa création les militants, sympathisants et le directoire du parti Les Démocrates se sont retrouvés ce samedi 10 mars afin de commémorer cet événement important. A cette occasion, le président de cette formation politique, Guy Nzouba Ndama a réaffirmé sa participation à la prochaine élection législative, mais a émis quelques doutes sur le respect des délais par le gouvernement.



Lors de cette cérémonie qui a vu la présence de personnalités des partis politiques amis, notamment Alexandre Barro Chambrier du Rassemblement Héritage et Modernité, Nicolas Nguema d’Union et Solidarité, François Ondo Edou et Jean Gaspard Ntoutoume Ayi de l’Union nationale, le président de Les Démocrates est longuement revenu sur les raisons  ayant motivé sa création.

Il a relevé que la création de ce parti politique était motivée par la volonté de proposer aux populations une offre politique dans l’optique de reconstruction de la Nation gabonaise mais devait être considérée comme «instrument de résistance».

Faisant le bilan de ces douze derniers mois, Guy Nzouba Ndama s’est félicité du travail effectué sur le terrain par sa formation politique. «Aujourd’hui Les Démocrates alimentent les conversations amicales et familiales. Plusieurs concitoyens sont fiers d’en revendiquer l’identité comme leur marque déposée. Et nous pouvons désormais nous prévaloir d’un certain potentiel électoral au regard du travail de sensibilisation abattu par nos structures de base et des registres d’adhésion qu’elles font parvenir fréquemment au Secrétariat Général du Parti», a-t-il souligné.

Abordant la question de la participation aux prochaines législatives prévues, il a émis quelques doutes sur la volonté du gouvernement d’organiser ce scrutin. «le gouvernement en place semble manifestement perplexe et confus à l’idée de les organiser», a-t-il fait remarquer.

«Aucune date avancée pour les opérations d’enrôlement. Aucune ombre perceptible à l’horizon concernant le fameux Centre Gabonais des Élections. Cependant, croyant faire du temps un allié susceptible d’anéantir la colère du peuple gabonais, le gouvernement en place ignore qu’il ne fait qu’augmenter son exaspération et alimenter son sentiment de révolte», a martelé l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Il n’a d’ailleurs pas manqué de fustiger les promesses non tenues par l’exécutif qui, pour Les Démocrates contribue à exaspérer les attentes des populations et fait courir le risque d’implosion du pays.  

Laissez votre commentaire