Législatives 2018: Issoze Ngondet à la rescousse de Pierre Séverin Ndong Ekomie

Franck Emmanuel Issoze Ngondet vient en soutien à Pierre Séverin Ndong Ekomie © D.R

A quelques heures du second tour des élections législatives, et dans l’optique de maximiser les chances du candidat du Parti démocratique gabonais (PDG) 1er siège du 4ème arrondissement de Libreville Pierre Séverin Ndong Ekomie, cette formation politique a décidé de le soutenir pour espérer battre le candidat du Rassemblement héritage et modernité (RHM), Alexandre Barro Chambrier.

C’est sans aucun doute, l’un des duels qui retiendra l’attention de l’opinion nationale au vu de l’agitation observée ces dernières heures du côté du parti au pouvoir, qui semble mettre un point d’honneur à humilier le leader du Rassemblement héritage et modernité. Pour donner toutes les chances à son candidat, c’est le chef du gouvernement Himself qui a arpenté les couloirs du très miteux quartier Akébé dans le but d’apporter son soutien à Severin Pierre Ndong Ekomie. 

Il faut dire que le soutien de ce natif de l’ogooué- Ivindo n’est pas anodin, cette partie du 4ème arrondissement regroupant une forte communauté ogivine. Une manière pour le Parti démocratique Gabonais de ratisser large lors de ce second round qui s’annonce épique. Après le soutien apporté par le Centre des Libéraux Réformateurs (CLR), parti de la Majorité Républicaine et Sociale (MRSE), par l’entremise de la candidate malheureuse au 1er tour  Patricia Taye Zodi, la présence de tous les ténors du PDG lors de ce meeting laisse penser que pour ces derniers Alexandre Barro Chambrier est bien « l’homme à abattre ».

Selon certains p-dégistes l’objectif est semble t-il non seulement d’éviter d’avoir cette personnalité forte de l’opposition au sein de l’hémicycle, mais aussi de se prémunir d’un potentiel adversaire pour la présidentielle de 2023. « Sa stratégie : il sait que le Jaune (couleur du candidat Jean Ping, NDLR) ne peut ne plus être candidat parce qu’il est un peu plus âgé. Il sait que Moukombo (Guy Nzouba Ndama) a été battu, donc il n’a plus de force. Il pense que c’est son heure : il a 60 ans. S’il est élu député, il va se présenter chez nous comme le chef de l’opposition, mais surtout à l’étranger, parce qu’il aime beaucoup parler à l’étranger. (…) Il ne faut donc pas lui donner l’occasion d’aller à l’Assemblée (nationale) et se construire une trajectoire pour la présidentielle 2023 », a lancé Emmanuel Issoze Ngondet.  

Toutefois, la bataille s’annonce rude dans cet arrondissement où le candidat de l’opposition Alexandre Barro Chambrier a également reçu le jeudi 25 octobre 2018 le soutien indéfectible de l’Union Nationale à l’issue de l’accord politique passé entre les deux partis le 8  septembre 2018.  

Laissez votre commentaire