Législatives 2018: Franck Nguema poursuit son marathon de causeries

Franck Nguema, candidat aux législatives au 2ème siège d'AKanda © D.R

Dans la droite ligne de la tournée qu’il a initié depuis plusieurs semaines déjà, le candidat déclaré au 2e siège de la commune d’Akanda, Franck Nguema  a poursuivi ses causeries citoyennes ce 15 mars 2018, au lieu-dit Mosquée de la paix ainsi que du côté du CHUA d’Angondjé. A cette occasion, il a entretenu les populations sur la situation sociopolitique du pays mais aussi, sur sa vision politique pour sa circonscription.

Entamée le 24 février 2018, la série de causeries entreprise par Franck Nguema dans le deuxième arrondissement de la commune d’Akanda s’est déportée du côté de la Mosquée de la paix à la cité Sherko ainsi que du côté du CHU Angondjé, le jeudi 15 mars courant. Là Bas, il a exposé aux populations son ambition pour cette circonscription, afin de participer de manière efficiente à l’amélioration des conditions de vie des  gabonais en général, et des Akandais en particulier.

Ce changement espéré par tous passe selon lui, par un renouvellement de la classe politique du pays. «La situation malheureuse dans laquelle se trouve le pays, est le résultat des mauvais castings et la politique politicienne», a lancé Franck Nguema.

«Depuis 1998, date à laquelle j’ai créé la chaîne TV+, je n’ai cessé  d’écouter les supplications et les plaintes de mes compatriotes. C’est la raison pour laquelle je me suis levé en homme libre, pour apporter ma pierre à l’édifice de notre pays», a-t-il indiqué pour justifier sa motivation à se lancer dans la course aux législatives. A chacune de ces étapes, il a exhorté les populations et plus particulièrement les jeunes à aller s’inscrire sur les listes électorales afin de permettre un changement réel dans le pays. 

«J’ai besoin de votre soutien. Sans vous je ne suis rien. Et sans vous,  je ne pourrai pas défendre vos droits. J’ai une offre politique pour les Akandais. Pour que vous bénéficiez de cette action politique, il faut que vous m’envoyer à l’assemblée nationale», a-t-il lancé.

Laissez votre commentaire