Législatives 2018: Elza Boukandou et Flavienne Adiahenot reconnaissent leurs défaites

Elza Boukandou et Flavienne Adiahenot battues au premier tour des législatives © D.R

À l’issue de l’élection législative qui s’est tenue ce samedi 6 octobre 2018, les tendances ne sont pas bonnes du côté de l’opposition et pour cause,  le parti au pouvoir s’est illustré en maître dans la quasi-totalité du territoire. Au lendemain du vote, de nombreux leaders politiques ayant participé aux scrutins s’expriment. C’est le cas d’Elza-Ritchuelle Boukandou candidate indépendante et de Flavienne Adiahenot investie par l’Union nationale (UN).

GABON LIBREVILLE

Pour Elza-Ritchuelle Boukandou, candidate au siège unique du département de la Dola, l’expérience aura finalement été une belle balade dans la Commune de Ndendé puisque « la petite qui fait trembler les grands » est arrivée deuxième avec un peu plus de 11% pour sa première tentative face à un Yves Fernand Mamfoumbi, candidat PDG gagnant au premier tour avec environ 67% des suffrages.

La présidente du parti Pour Le Changement garde la tête haute et a ainsi affirmé sur sa page facebook officielle « Leçon du jour : livrons toujours notre bataille sur les hauts plateaux de la dignité et de l’amour  » avant de remercier toutes ces personnes qui ont parcouru ce chemin aussi tumultueux soit-il avec elle « Merci à tous. Merci d’exister ». a t-elle ajouté.

Candidate au 2ème siège du 4ème arrondissement, Flavienne Adiahenot n’ira pas au second tour. Elle a d’ailleurs tenu à remercier ceux qui lui ont fait confiance et lui ont accordé leurs suffrages. « Je remercie toutes les maisons qui se sont ouvertes pour m’accueillir, m’écouter et m’encourager. Je remercie mes scrutateurs qui se sont battus pour obtenir les précieux procès verbaux. Je remercie mon équipe de campagne qui en quelques jours s’est démenée pour que nous puissions aller au front et obtenir malgré tout nos scores » a-t-elle déclaré.

Connue pour sa bravoure, elle n’a pas hésité à envoyer un petit message à ces personnes mal intentionnées tapies dans l’ombre qui ont décidé de faire de la tricherie dans toutes ses formes un sport électoral alors « à ceux qui ont monnayé les électeurs j’espère que vous ne payerez pas de vos vies les modifications qui arrivent et que vous pourrez toujours sourire d’une victoire honteuse (…) ».

Flavienne Adiahenot a des choses à dire et l’opinion se tarde de découvrir ce qu’elle a dû affronter en interne dans son parti l’Union nationale. Des premières expériences, des premiers échecs et peutêtre pas des derniers mais les deux femmes n’ont certainement pas l’intention de baisser les bras.

Laissez votre commentaire