Législatives 2018: la deuxième révision de la  liste électorale aura lieu du 8 au 10 août prochain

© D.R

Dans un communiqué rendu public ce samedi 4 août, le ministère de l’Intérieur, a annoncé le lancement de la deuxième révision de la liste électorale. Cette opération qui s’étendra du 8 au 10 août prochain permettra à une catégorie bien déterminée de la population de se faire enrôler, et pour les autres, elle sera l’occasion de vérifier l’existence de leurs noms sur les listes.

Prévue, se tenir sur 3 jours, cette seconde édition de révision, prévue en année électorale n’est donc pas une session d’enrôlement ordinaire, elle concerne particulièrement les personnes dont l’inscription ou la radiation aura été ordonnée par la juridiction compétente ou celles auxquelles les juridictions auront interdit le droit de vote ou d’élection après la première révision de la liste électorale, mais aussi les agents des secteurs public ou parapublic ainsi que les employés des entreprises privées ayant fait l’objet d’une mutation ou d’une mise à la retraite après la première révision de la liste électorale.

Pour cette dernière catégorie ils devront présenter leur ordre de mutation ou un document attestant leur mise à la retraite et sur production d’un certificat de radiation de la liste électorale de la précédente résidence.

L’autre catégorie de citoyen concerné par cette opération d’enrôlement est ceux ayant atteint dix-huit ans après le 29 juin 2018, date de clôture de la première révision, ou qui les auront au plus tard le 10 août 2018 date de clôture de cette seconde révision; Les personnes régulièrement inscrites dont les noms ne se trouvent pas en définitive sur la liste de leurs circonscriptions électorales ou de leurs centres de vote, sous réserve de la présentation de leurs certificats d’inscription (récépissé d’enrôlement) ; ainsi que les citoyens dont les données ont été mal transcrites.  

Il faut rappeler que l’ensemble de ces opérations se font sur présentation de pièces justificatives notamment la Carte nationale d’identité, le passeport biométrique ordinaire; l’acte de naissance ou le jugement supplétif.

«En plus de l’une de ces pièces, les citoyens devront également présenter : l’acte juridique ordonnant la radiation ou la réhabilitation du droit de vote pour ceux qui recouvrent leurs droits civils et politiques ; l’acte de mutation ou l’attestation de mise à la retraite pour les citoyens mutés ou mis à la retraite ; le récépissé d’enrôlement et une pièce d’identité pour ceux dont les noms n’apparaissent pas sur la liste électorale et ceux dont les données ont été mal transcrites», précise le communiqué.

Loin d’être une opération de ré-enrôlement des citoyens en âge de voter, cette édition dite de réclamation doit être pour les électeurs, le moyen de s’assurer de ce qu’ils pourront faire entendre leur vote dans les urnes le jour J.

Laissez votre commentaire