Législatives 2018: la Cour constitutionnelle annule 8 scrutins

Les membres de la Cour constitutionnelle © D.R

Le samedi 15 décembre 2018, la Cour constitutionnelle a mis fin au contentieux électoral résultant des législatives des 6 et 27 octobre derniers. A l’issue de l’examen des recours, la haute juridiction a annulé un total de 8 scrutins dans différentes localités du pays.

Après plusieurs semaines d’attente, la Cour constitutionnelle a, au terme de l’examen du contentieux électoral, invalidé les résultats du scrutin législatif dans 3 localités, alors qu’elle en avait déjà précédemment annulé 5. C’est donc dans 8 circonscriptions administratives que les électeurs vont devoir repartir aux urnes dans les prochains mois.

Il s’agit du département de l’Offoue-Onoye (Iboundji), du 1er arrondissement de la commune de Mouila, du 2e siège de la Boumi-Louetsi (Mbigou), du 2e siège de l’Okano (Mitzic), du 3e siège de la Zadié (Mekambo), du 1er siège de la Noya (Cocobeach), du 2e siège du 6e arrondissement de Libreville et du 1er siège de l’Ogoulou (Mimongo).

Ces annulations sont justifiées par des violations des dispositions légales en matière électorale par certains candidats. Ainsi, la victoire des candidats Senturel Ngoma Madoungou du Rassemblement héritage et modernité (RHM) dans l’Ogoulou et Daniel Nkoulou Abessolo (indépendant) au 2e siège du 6e arrondissement de Libreville, a été invalidée car leurs suppléants respectifs n’étaient pas inscrits sur les listes électorales des localités qu’ils représentaient. Dans le département de la Noya, c’est la distribution des cartes d’électeurs en l’absence des membres de la commission départementale qui est mise en cause, du fait qu’elle aurait compromis la sincérité du scrutin.

Outre ces 8 scrutins invalidés, la Cour constitutionnelle n’a pas procédé à la proclamation officielle des résultats des élections jumelées d’octobre dernier, qui avait pourtant été annoncée pour le jeudi 14 décembre. La présidente de cette haute juridiction, Marie-Madeleine Mborantsuo, a indiqué que les résultats officiels  seront connus dans les prochains jours, à l’issue de la phase de vérification de tous les procès verbaux de l’ensemble des bureaux de vote du pays.

A la suite de cette proclamation, le gouvernement actuel sera amené à présenter sa démission auprès du Président de la République Ali Bongo Ondimba, alors que ce dernier est absent du pays depuis près de deux mois pour cause de maladie et se trouverait présentement au Maroc.

Laissez votre commentaire