Législatives 2018: Arsène Onfuya Kakogo se positionne dans le département des Plateaux

Les prochaines élections législatives seront semble-t-il le lieu de batailles épiques dans plusieurs circonscriptions du pays. Ainsi, de nombreux jeunes entendent ravir la place à certains anciens qui depuis des décennies siègent dans l’hémicycle, c’est le cas du 1er siège du département des Plateaux dans le Haut-Ogooué, où l’homme d’affaire, Arsène Onfuya Kakogo vient d’annoncer sa candidature à la députation.

Cette candidature intervient à la suite du plébiscite qu’il a reçu du collectif «Trop c’est trop, ça suffit», qui voudrait impulser une nouvelle dynamique dans le département des Plateaux. Âgé d’une quarantaine d’années et exerçant dans le domaine de l’entreprenariat, Arsène Onfuya Kakogo ambitionne de remporter les élections sur ce siège qui depuis des décennies est la chasse gardé du Parti démocratique gabonais (PDG).

Dans un entretien accordé à Gabon Media Time, il explique qu’il a répondu favorablement à cet appel parce que, en tant que natif des Plateaux, il est de son devoir de contribuer à son développement. «Si j’ai accepté c’est parce que premièrement, je suis un fils des plateaux et j’ai toujours eu un intérêt particulier pour ma contrée. J’ai vu les premiers signes du développement de mon canton il y a très longtemps et après j’y vais souvent. Au vue du retard pris dans son développement et l’intérêt que je porte pour lui, j’ai décidé en mon âme et conscience d’accepter», a-t-il confié.

Pour le jeune entrepreneur, sa motivation vient du fait qu’il a compris qu’il était temps  d’arrêter avec les mauvaises pratiques en politique et que les fils et filles du département devraient mettre l’intérêt du plus grand nombre au centre de leurs actions.  A en croire le désormais candidat indépendant, «ce n’est pas le pouvoir en place ou le chef de l’Etat qui constitue le problème de chez nous. Mais c’est plutôt les hommes choisis pour mettre en musique sa politique qui causent problème».

Par ailleurs, il a relevé qu’il est important de promouvoir la cohésion entre acteurs politiques du département. «Dans notre département il faut une certaine cohésion sociale, parce que les élus de la localité n’ont aucune solidarité à ce jour. Et ce n’est pas de cette manière que nous pouvons développer notre contrée, voilà pourquoi le collectif «Trop c’est trop, ça suffit» a été créé pour dénoncer cet état de fait», a-t-il indiqué.

Il a par la même occasion exhorté les anciens à passer le flambeau parce que selon lui, ils n’ont plus rien à proposer pour l’amélioration des conditions de vie des populations du département des Plateaux.

Laissez votre commentaire