Législatives 2018: après Les Démocrates et l’UN, le RHM se lance dans la course

Michel Menga M’Essone et Alexendre Barro Chambrier, ce 10 avril 2018 © GMT

C’est à la faveur d’une conférence de presse animée ce mardi 10 avril 2018, à son siège sis au Centre-ville, que le Rassemblement Héritage et modernité a donné sa position par rapport aux prochaines élections législatives prévus se tenir le 28 avril 2018 selon les recommandations de la Cour constitutionnelle. Ainsi, à l’instar de certains partis membres de la Coalition pour la nouvelle République autour de Jean Ping, les Modernisateurs ont annoncé officiellement leur volonté de participer à cet important scrutin politique.

C’est en présence de nombreux leaders de l’opposition, notamment Zacharie Myboto  de l’Union nationale, Jean de Dieu Moukagni Iwangou de l’Union et solidarité et de représentants du parti Les Démocrates de Guy Nzouba Ndama  que le président du RHM, Alexandre Barro Chambrier a décliné la position de sa formation politique sur les élections législatives prochaines.

Répondant aux critiques sur le positionnement de son parti au sein de la CNR, il a martelé que le Rassemblement Héritage et Modernité demeure un membre actif de la Coalition et un soutien indéfectible à Jean Ping. «Notre parti se félicite de la qualité de son leadership, marqué par une hauteur de vue incontestée. Nous lui savons gré des efforts qu’il ne cesse de déployer en faveur de l’unité et de la cohésion de notre coalition», a-t-il souligné.

Il a pour ce faire, tenu à réaffirmer que l’ancien président de la Commission de l’Union africaine était bien le vainqueur de l’élection présidentielle du 27 août 2016. C’est dans ce sens qu’il a d’ailleurs rappelé la nécessité de participer aux prochaines élections législatives estimant que c’est avec les mêmes institutions électorales que celui-ci a «brillamment remporté l’élection présidentielle».

«En outre, il importe de convoquer le souvenir de notre pratique du boycott dans un passé récent, qui révèle, à la lumière de l’expérience, une efficacité douteuse. Il est incontesté que les appels récurrents au boycott des législatives de l’année 1990, de mars 1991 (élections à deux tours) et décembre 2011 ont montré leurs limites et se sont révélés infructueux. Bien pire, la dernière élection précitée a secrété une assemblée monocolore, véritable caisse de résonance, qui légifère sans légitimité à ce jour», a-t-il relevé.

Au vue de tous ces éléments, le leader du Rassemblement Héritage et modernité a indiqué que leur décision de participer aux prochaines élections législatives avait fait l’objet de concertation auprès du «président élu», ce dernier n’a trouvé aucun inconvénient à cet état de fait. «Nous nous félicitons une fois de plus de la sagesse et de la hauteur de vue dont il a fait montre», a souligné Alexandre Barro Chambrier.

«Le Rassemblement Héritage et Modernité considère que le moment est désormais opportun pour annoncer à l’opinion nationale et internationale sa décision de participer aux élections législatives à venir», a-t-il lancé.

Laissez votre commentaire