Législative 2018: Ali Bongo suppléant d’Ali Akbar Onanga ?

Ali Bongo suppléant d'Ali Akbar Onanga ? © D.R

Avec l’ouverture de la campagne, les candidats et leurs équipes sont sur le pied de guerre.  Affiches, prospectus, meeting etc…, sont les moyens dont ils ont le plus recours, pour promouvoir leurs candidatures. L’occasion de constater cette affiche de campagne étrange dans le département de la Lekoni-Lekori commune d’Akieni où Ali Akbar Onanga exhibe en arrière plan, tel un suppléant,  le Président de la république, Ali Bongo Ondimba.

Si l’ouverture officielle de la campagne des élections couplées législatives et locales est pour différents candidats, le moment de mettre en branle leur arsenal de communication, celui-ci est régie par une exigence de forme, qui commande que sur les affiches soit présentés le candidat titulaire et son suppléant comme c’est le cas pour les bulletins de vote.

Aucun souvenir ne nous revient en République gabonaise, qu’une affiche de campagne pour les législatives ou locale ait mise en avant, un candidat suivi en arrière plan de l’image du chef de l’Etat. C’est pourtant le jeu quelque peu tendancieux, auquel s’est livré Ali Akbar Onanga, candidat au 1er siège de la Lekoni-Lekori commune d’Akieni.

Sur cette affiche de campagne sur laquelle le Président de la république est relégué au second plan, au même titre qu’un suppléant, on peut voir apparaître la mention  « le candidat de la notabilité revalorisé par le distingué camarade Ali Bongo Ondimba ». Sur quelle base légale, le candidat de la Lekoni-Lekori se permet d’adjoindre sur son affiche de campagne, l’image du Chef de l’Etatde cette manière alors qu’il n’ignore pas, du fait de sa fonction et de sa formation de juriste, que le Président de la république est en lui même une institution?  Ali Akbar Onanga n’a-t-il pas de suppléant ? Si oui, quel avantage veut-il tirer d’une telle publicité qui n’est pas de nature à honorer le chef de l’Etat?

Surtout que l’article 3 alinéa 3 de la Charte de bonne conduite de la Haute Autorité de la Communication signée par l’ensemble des participants aux élections précise qu’il est formellement interdit pendant la campagne électorale « d’user des documents visuels ou sonores faisant apparaître des personnalités de la vie publique gabonaise sans l’accord écrit desdites personnalités ou de leurs  ayants droits ».

Ali Akbar Onanga a-t-il eu l’accord express et écrit d’Ali Bongo Ondimba ?  Pis, ce dernier s’appuierait-il sur  sa proximité présumée avec le Président de la République ? Sinon comment expliquer que son équipe de campagne ait élaboré une telle affiche sachant que son suppléant Gabin Tsienemoni pourtant présent, n’est nullement mentionné sur cette affiche officielle de campagne ?  

Un comportement qui pourrait entraîner une saisine des instances en charge de l’organisation des élections, notamment la Haute autorité de la communication et le Centre gabonais des élections pour exiger des sanctions à l’encontre du candidat PDG du premier siège du département de la Lekoni-Lekori commune d’Akieni.

Laissez votre commentaire