L’effectif de la fonction publique a doublé entre 2009 et 2017

© D.R

Lors de son point de presse du jeudi 12 juillet dernier, le ministre de la Fonction publique, de la modernisation du service public chargé de la réforme de l’Etat, Ali Akbar Onanga a évoqué les différents points relatifs à la maîtrise et à l’optimisation de la masse salariale. Ainsi, dans sa présentation faite à la presse, il a entre autre indiqué qu’entre 2009 et 2017, les effectifs de la Fonction publique ont augmenté de 45%.

Situé à des niveaux relativement stables entre 2005 et 2009 avec une augmentation de 19,4% en 6 ans, les effectifs des différentes administrations gabonaises ont littéralement explosés depuis lors. Établis à 73 345 agents publics en 2009, l’Etat gabonais compte aujourd’hui pas moins de 105 851 fonctionnaires pour un ratio fonctionnaire/population de 55 pour 1000.

Alors qu’entre 2005 et 2010 la courbe d’évolution des agents de l’Etat suivait un rythme d’un peu plus de 3000 agents recrutés par an, cette tendance a été subitement revue à la hausse. Entre 2010 et 2017 ce sont plus de 28 000 agents qui ont été recrutés, soit une moyenne de plus de 4000 agents par an. Ces recrutements en grand nombre, principalement effectués au sein de la Défense nationale qui compte aujourd’hui plus de 27 000 agents, faisant du ministère de la Défense le principal employeur du secteur public.

Tentant d’optimiser ces ressources humaines à travers les récentes mesures d’austérités, le gouvernement veut colmater une brèche qu’il a lui même ouverte. Cette situation devenue ingérable et qui limite l’emploi des ressources fiscales de l’Etat à une masse salariale devenue trop importante, condamne une nouvelle fois l’exécutif coupable via une gestion non planifiée d’avoir laissé ce phénomène prendre de l’ampleur.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire