jeudi,1 octobre 2020
Accueil Derniers articles Le Taekwondo gabonais pas encore «aux normes»

Le Taekwondo gabonais pas encore «aux normes»

Malgré la présence dans le paysage de nombreux athlètes au talent reconnu au niveau mondial, le taekwondo gabonais demeure dans une profonde inertie. Comme le démontre un rapport de 13 pages dévoilé récemment par la Commission ad hoc chargée de la normalisation du taekwondo au Gabon et signé de son président Guy Martial Boucalt, quasiment l’ensemble des clubs installés sur le territoire ne répondent pas aux normes en vigueur.

Initié dans le cadre de l’élection des comités directeurs des Ligues provinciales, l’examen de la situation des Clubs et Associations de taekwondo gabonais par la Commission Ad Hoc chargée de la Normalisation, a révélé un certain nombre de tares dans ce milieu. Entre absence de statuts, de règlement intérieur, ou encore de bureau directeur, bon nombre d’associations ne sont pas aux normes.

En effet, dans ce rapport de 13 pages rédigé par la Commission dirigée par Guy Martial Boucalt, il ressort que sur les 90 clubs et associations recensés au terme des 45 jours qu’auront duré la phase d’identification, seulement 18 répondent parfaitement aux normes et sont donc autorisés à participer à l’élection du comité directeur de la Ligue. Un fait marquant qui souligne les difficultés d’un sport dont certains athlètes représentent pourtant le Gabon à l’echelle mondiale.

A l’image de l’athlétisme, dont la validation le collège électoral qui devra élire dans quelques jours le prochain comité exécutif de la Fédération vient à peine d’être acté, le taekwondo gabonais dans sa quasi-tatalité, n’est donc pas encore aux normes. Mieux, la discipline reste encore peu développée comme le démontre l’absence de clubs ou associations dans des provinces comme l’Ogooué-Ivindo et l’Ogooué-Lolo. 

Si certaines provinces à l’image de l’Estuaire et ces 40 clubs, ou encore l’Ogooué Maritime (15 clubs recensés), font office de bons élèves en matière de développement de la discipline chère à Anthony Obame (médaillé d’argent aux JO de Londres), d’autres ne semblent donc pour l’heure pas réellement concernés. A charge donc à la fédération, la tutelle et le comité olympique de rendre le taekwondo plus viable à l’échelle nationale.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;