Le Synaposte dénonce des coupures de salaires par «le délinquant financier» Michael Adande

© GMT

La situation au sein de La Poste semble de plus en plus s’enliser du fait du bras de fer qui oppose désormais le Syndicat national des agents de la Poste (Synaposte) et le directeur général de cette entité, Michaël Adandé. En effet, lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le lundi 28 mai dernier au siège de l’entreprise sis au Centre-ville, les agents grévistes ont une fois de plus dénoncé les malversations orchestrées et les coupures de salaire dont ils sont victimes.

Lors de cette rencontre qui a réuni l’ensemble des agents de la Poste S.A, il était question de faire le point sur la situation chaotique que traverse l’entreprise. Ils ont tenu à dénoncer les méthodes peu orthodoxes et illégales employées par la direction général visant à saborder le mouvement de grève du Synaposte.

Selon le porte-parole du Synaposte, Jacques Ikapi, Michael Adande a illégalement coupé les salaires des employés qu’ils soient en grève ou pas. «Les coupes de salaires varient de 20% à 80%, en plus non payés à date fixe. Tout ceci en totale violation avec le Code du travail car le PDG de La Poste est au dessus de la loi et viole allègrement la loi tous les jours que Dieu fait», a-t-il dénoncé.

«La Poste est également paralysée parce que nous avons un logiciel qui est gérée depuis la Tunisie, les postiers gabonais n’ont pas été formé. Donc chaque fois qu’il y a un problème il faut en référer à l’étranger. Il parle de problème de connexion mais en réalité c’est un problème technique», a renchéri Jacques Ikapi.

Autres griefs fait à l’actuel président directeur général de La Poste, par le Synaposte, la gabegie financière dont il se rend coupable, citant entre autres «un rappel d’indemnité pour son compte soit un montant de 30 millions de Fcfa, la réfection de son bureau pour 400 millions de Fcfa, la main mise sur tous les recouvrements effectués en Produits hors activités ordinaires (HAO) évalués en centaine de millions, la captation des salaires coupés qui sont mis en DAT à Bicig à son profit».

Face à toutes ces dérives qui met à mal le climat sociale au sein de l’entreprise, le Synaposte a exigé la restitution sans délai des sommes indûment prélevées sur les salaires d’avril 2018 payés le 25 mai, le paiement sans délai des salaires du mois de mai 2018, le paiement sans délai de la bonification sectorielle spéciale de 2015 en un seul paiement.

Par ailleurs, les postiers ont interpellé le gouvernement sur les dérapages qui pourraient survenir au sein de l’établissement bancaire, si Michael Adande n’accède pas à leurs revendications. 

Laissez votre commentaire