Le RHM sonne la fin de l’hégémonie du PDG dans l’Ogooué-ivindo

Alexandre Barro Chambrier implante le RHM dans l'Ogooué Ivindo © D.R

C’est en véritable conquérant que la délégation du Rassemblement héritage et modernité conduite par son président Alexandre Barro Chambrier a séjourné du 6 au 8 avril dernier dernier dans la province de l’Ogooué-ivindo. A l’occasion de ce déplacement qui a pris des allures de démonstration de force, les responsables de cette formation politique ont procédé à l’installation des structures de base et expliqué aux populations la raison de leur participation aux prochaines élections législatives.

C’est dans une ambiance presque festive que les populations de la province de l’Ogooué-ivindo ont accueilli Alexandre Barro Chambrier et sa suite. De la localité de Lolo à Mékambo en passant par Ovan et Makokou, le message était quasiment le même, «la fin du pouvoir PDG». Le coordonnateur provincial de cette province, Gervais Nguema Ndong, qui a été installé par le secrétaire général du RHM, Michel Menga M’Essone, n’a pas manqué d’encourager l’obtention de sa formation politique dans le combat pour l’alternance et le changement.

Le RHM accueilli par une population en liesse à Mekambo

Au cours de ces rencontres, les responsables du RHM ont réaffirmé leur détermination de voir l’hégémonie du parti au pouvoir dans cette partie du pays s’amoindrir. «Du département de la Lopé jusqu’à la Zadié en passant par Mvoung et l’Ivindo, les populations sont libres et ont le droit de choisir librement les hommes et les femmes capables de comprendre leurs problèmes et de les résoudre, à la place des incapables qui prouvent chaque jour leur limite dans la gestion des affaires publiques», ont-ils martelé.

«Ne laissez aucune parcelle de pouvoir au PDG»

Concernant les prochaines législatives, Alexandre Barro Chambrier a expliqué aux populations la nécessité d’y prendre part, pour dit-il «ne laissez aucune parcelle de pouvoir au PDG» et que cette position s’inscrivait dans la droite ligne de la revendication de la victoire volé de Jean Ping à l’élection présidentielle du 27 août 2016.

Les partis politiques membres de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) favorables à la participation aux élections législatives, notamment Les Démocrates, l’Union nationale, le Rassemblement héritage et modernité et l’Union et solidarité entendent  y prendre part dans une logique d’unité, la même qui a prévalue au moment de la désignation de la candidature unique «grâce à laquelle Jean Ping a été élu, pour se donner de meilleurs chances de remporter cette fois-ci, la majorité à l’Assemblée nationale», ont ils expliqué partout où ils sont passés.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire