Le RHM implante ses racines dans le 5ème arrondissement de Libreville

Le directoire du RHM posant avec les responsables de la Coordination du 5è arrondissement de Libreville © GMT

Ce mercredi 6 décembre 2017, le Rassemblement héritage et modernité s’est rendu dans 5ème arrondissement de Libreville avec pour objectif de procéder à l’installation des structures de base dans cette circonscription. Occasion était également donnée aux responsables de cette formation politique membre de la Coalition pour la nouvelle République d’entretenir les populations sur la situation sociopolitique du pays, mais aussi sur les futures actions qu’ils entendent mener au côté du peuple gabonais.

Ainsi, à Lalala à Gauche, Alexandre Barro Chambrier et le directoire du parti ont pendant de longues heures entretenu les habitants sur les valeurs qui fondent leur formation politique, avant de procéder à l’installation des responsables de la coordination qui devront oeuvrer à dynamiser le parti dans le 5ème arrondissement de Libreville.

Après le mot de bienvenue des populations, Michel Menga M’Essone a tenu à réitérer la position de son parti au côté du «président élu Jean Ping» qui selon lui dispose de la légitimité du peuple qui s’est exprimé lors du scrutin présidentielle du 27 août 2016. «Nous Héritage et modernité nous soutenons Ping actuellement. Nous le soutenons parce que vous lui avez confié la souveraineté et comme nous nous sommes des démocrates, nous nous battons pour que le pouvoir lui soit restitué»; a t-il martelé sous un tonnerre d’applaudissement.

Après avoir procédé à l’installation de la coordination du 5ème arrondissement, le nouveau coordinateur n’a pas manqué de remercier le directoire du RHM pour la confiance placée en lui et en son équipe, avant d’assurer qu’ils oeuvreront avec pugnacité à donner une dynamique au parti dans cette zone de Libreville.

Prenant la parole par la suite, Alexandre Barro Chambrier, tout en félicitant les nouveaux responsables du parti, a également invité  les indécis à rejoindre le Rassemblement héritage et modernité afin de poursuivre le combat pour le changement et l’alternance au Gabon. Par ailleurs, il a egalement dressé un tableau sombre de la situation sociopolitique du pays estimant que «le pouvoir était indéniablement en train de couler le pays» et que la prochaine révision constitutionnelle était la preuve de cette volonté manifeste de s’accrocher au pouvoir par tous les moyens.

«Nous avons une espèce de mafia qui s’est mise autour du pouvoir et qui suce l’Etat, qui conduit une politique anachronique qui ne cadre pas avec les préoccupations des populations. Nous ne pouvons pas continuer ainsi ! Nous disons qu’une famille ne peut pas monopoliser le pouvoir pendant plus de 50 ans»; a t-il martelé.

Laissez votre avis