Le Rassemblement héritage et modernité remobilise à Libreville et ses environs

Le Rassemblement héritage et modernité remobilise à Libreville et ses environs. Parti membre de la Coalition pour la nouvelle République, RH&M a entamé le mercredi 29 mars dernier une série de causerie pour remobiliser, installaler ses cellules de base et promouvoir la marche de soutien à la Conasysed ainsi que le méga meeting de Jean Ping.

Le directoire du RH&M composé d’Alexandre Barro Chambrier, président du parti, de Michel Menga M’Essone, secrétaire général, d’Edgard Owono Ndong, de Clotaire Ivala, de Vincent de Paul Gondjout, de Michel Boumi et bien d’autres a initié une série de causerie à Akanda, Owendo et Libreville. Il s’est rendu à Okala Auberge dans le premier arrondissement de la capitale, puis dans la commune d’Akanda, avant d’aller à Owendo  et revenir à CEI à Derière la prison, ce samedi premier avril.

Les leaders du Rassemblement héritage et modernité ont tour à tour édifié leurs militants et sympathisants  sur les questions de l’heure. A l’Auberge d’Okala, Edgard Owono Ndong, ancien député a précisé : «Nous pensons que le gouvernement actuel est dans une situation impossible. Il n’a plus de perspective ni de marge de manoeuvre. Quelqu’un disait que quand l’Etat est fort il nous écrase quand il est faible, il démissionne.» Pour lui 2017 marque le début de la décadence «du PDG et la fin du règne d’Ali.» Melvin Gondjout, partout où il a pris la parole a remercié le directoire de son parti qui a eu l’idée de se rendre auprès de populations et de donner la possibilité aux jeunes de s’exprimer sur l’actualité notamment sur «la crise que traverse notre pays, surtout la crise de l’éducation.» Crise à laquelle RH&M entend répondre par l’organisation d’une marche pacifique dans les tous prochains jours.

Le président du parti, Alexandre Barro Chambrier est quant à lui revenu sur l’engagement des jeunes à qui il a demandé de s’intéresser à la politique pour ne pas être oubliés car les décisions prises par les politiques impacteront leur avenir. L’ancien député du 4ème arrondissement de Libreville et ses camarades ont également procédé à l’installation des responsables des cellules de base du parti.

Les dates retenues pour «la grande marche pacifique de sauvegarde du système éducatif gabonais» à laquelle sont conviés les parents d’élèves, les enseignants et la société civile ainsi que celle du méga meeting de la Coalition pour la nouvelle République n’ont pas été communiquées.

Laissez votre avis