Le Rassemblement héritage et modernité et Barro Chambrier remobilisent à Akébé  

Le Rassemblement héritage et modernité était ce vendredi 14 avril, au quartier Akébé dans le 4ème arrondissement de Libreville. L’occasion était donc donnée aux membres du directoire de ce parti d’entretenir les populations sur l’actualité, mais également de réaffirmer leur soutien à Jean Ping.

Ouvrant la série d’allocutions, un notable a souhaité la bienvenue aux responsables du RH&M, soulignant la satisfaction des habitants de ce quartier d’accueillir les membres de cette formation politique, car selon elle il était nécessaire d’entretenir le peuple sur «la situation de blocage que connaît le pays depuis le 31 août 2016».

Melvin Gondjout, membre du Mouvement des jeunes modernistes, est quant à lui revenu sur la nécessité pour les jeunes de s’impliquer en politique. Selon lui, il ne faut plus subir les décisions des aînés, mais il faut donner de manière claire les propositions qui contribueront à améliorer les conditions de vie des populations. Il a par ailleurs invité les populations d’Akébé à se rendre massivement au méga meeting qu’organise la Coalition pour la nouvelle République, dont est membre le RH&M, «nous allons peut être subir les intimidations, les arrestations ou autres tracasseries, mais nous n’allons pas céder» a-t-il lancé.

Prenant la parole par la suite,  la représentante des femmes de RH&M, Viviane Moutsinga a appelé les femmes à ne pas rester «en marge des réflexions politiques et de l’engagement pour le changement».

Le secrétaire exécutif dudit parti, Michel Menga M’Essone est longuement revenu sur la crise que traverse le pays, ceci depuis la fin du scrutin présidentielle de l’an dernier. Faisant une sorte de mea culpa, il a souligné qu’étant ancien membre du Parti démocratique gabonais il était important aujourd’hui de reconnaître leurs fautes, «nous devons corriger les erreurs que notre régime a causé, voilà la mission que notre parti s’est assigné dès sa création» a-t-il indiqué.

En outre, Michel Menga M’Essone a profité de l’occasion pour réaffirmer leur engagement aux côtés de Jean Ping, qui selon lui est «le Président élu des gabonais et des gabonaises», «ceux qui veulent nous distraire par des actions à l’emporte-pièce ne peuvent pas nous atteindre» a-t-martelé.

Prenant enfin la parole, le président du Rassemblement héritage et modernité a quant à lui entretenu l’assistance sur la grave crise multiforme que traverse le Gabon actuellement, à l’exemple de la crise qui sévit dans le secteur éducation et qui paralyse et désavantage les élèves.

Poursuivant son allocution il a également commenté la tenue du dialogue politique initié par Ali Bongo, à ce sujet il a déclaré que «ce monologue, pour ne pas dire dialogue, se fait sur de mauvaises bases, puisque les acteurs politiques engagés dans cette mascarade ne veulent pas faire le jeu de la vérité, cette vérité qui fait de Jean Ping le vainqueur de l’élection du 27 août 2016».

Alexandre Barro Chambrier, qui s’est voulu claire sur le positionnement de son parti pour le combat pour l’alternance a lancé à l’endroit du pouvoir, qu’il «faut qu’ils comprennent que le temps est venu pour eux de partir», réaffirmant une nouvelle fois leur soutien au « président élu Jean Ping», «nous irons jusqu’au bout pour restaurer la vérité des urnes» a-t-il conclu. 

Laissez votre avis