Le président de la FIFA promet de «sanctionner les fédérations indélicates»

Gianni Infantino © panoramic

Gianni Infantino, président de la Fédération internationale de football association (FIFA), a fustigé l’attitude de certaines fédérations dites «indélicates», a l’occasion d’un entretien qu’il a accordé à plusieurs journaux sportifs. Une mise en garde qui a lieu à quelques jiurs de la tenue à Libreville de l’élection à la tête de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot). 

Revenant sur les nombreux sujets d’actualité liés à l’institution dont il est le président, notamment le format de la Coupe du Monde 2026 qui passera à 48 pays dont 9 pays et demi pour l’Afrique, la suppression de la task force contre le racisme, ou encore, la nomination d’une femme et d’une africaine au poste de secrétaire général de la FIFA, Gianni Infantino est revenu sur les mécanismes de contrôle des fonds alloués aux associations africaines.

En effet, s’agissant des mécanismes de contrôle mis en place par la FIFA pour surveiller la bonne utilisation de ces fonds, il a déclaré que la FIFA «a mis en place des systèmes très détaillés avec un contrat signé avec chaque fédération, et un système d’audit centralisé où chaque fédération va être auditée par des auditeurs externes de la FIFA».

Conscient du nombre croissant d’investissements réalisés par l’association internationale (plus d’un milliard d’euros), en vue de rendre le football plus accessible à travers le monde, et notamment en Afrique; mais aussi du lien étroit qui existe entre les fédérations et les politiques, il a ajouté que «si quelqu’un, aujourd’hui, pense encore qu’il peut s’enrichir illicitement avec l’argent du football, faut qu’il parte. Parce qu’on va le chauffer et si on le prend, on va le sanctionner (…) les Etats doivent être des partenaires (…) mais, on ne va jamais accepter une ingérence de l’Etat dans les affaires du football».

Voilà qui est dit. Les «indélicates» sont prévenus. 

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire