Le personnel du PDG privé de salaire depuis trois mois

Faustin Boukoubi, président du Conseil consultatif des sages du PDG © D.R

Le personnel salarié du Parti démocratique gabonais n’aurait pas perçu de salaire depuis trois mois, nous rapport l’hebdomadaire La Loupe dans sa parution n°325 de ce vendredi 5 mai 2017. Une situation qui ne semble pas perturber les membres du secrétariat exécutif de cette formation politique de la majorité.  

GABON LIBREVILLE

Ce sont plusieurs mères et pères de famille qui depuis trois mois n’ont pas perçu leurs salaires. Le directeur du personnel  mandaté par Faustin Boukoubi, aurait  tenu une réunion avec tous les agents, afin de leur expliquer les raisons, sinon la principale raison de cette «situation indépendante de la volonté du secrétariat exécutif» précise La Loupe.

«Le camarade Faustin Boukoubi sait que vous souffrez. Il est au regret de vous demander de prendre encore votre mal en patience. Ce contretemps de trois mois est dû au fait que le distingué camarade est préoccupé par le dialogue politique», a expliqué un salarié à La Loupe.

Par ailleurs, il précise n’avoir rien compris aux arguments du directeur du personnel. Les salariés «auraient bien souhaité qu’au lieu de balancer la patate chaude au directeur du personnel, ce soit le SG lui-même qui vienne faire cette confession douloureuse» poursuit-il. «Pourtant, il nous revient que leurs salaires émanent du Trésor public. Mais où donc se situe la jonction avec le dialogue politique dont le financement vient d’ailleurs ?», s’interroge-t-il.

Une des techniciennes de surface qui s’attèlent à ses tâches quotidiennes se confie à La Loupe « Ici, il ne fait pas bon d’arrêter de travailler sous prétexte qu’on n’a pas d’argent pour nous rendre au siège. Nous sommes automatiquement menacés de licenciement. D’ailleurs, on nous fait toujours comprendre que nous n’avons pas de salaires, mais des indemnités parce que le PDG fait du social en nous utilisant. Mais que faire d’autre, nous avons des familles à nourrir et de nombreux enfants à élever et envoyer à l’école. Nous n’avons que ce travail », se résigne-t-elle au bord des larmes.

L’on se demande si Ali Bongo Ondimba est au courant de cette situation subie par le personnel du Parti démocratique gabonais dont il est le président. Les membres du secrétariat exécutif semble plus préoccupés par les investitures plutôt que par les familles des membres du personnel qui manquent chaque jour un peu plus du strict nécessaire faute de paiement de salaires depuis trois mois.  

Laissez votre commentaire