Le Parlement en congrès adopte la révision constitutionnelle controversée

© D.R

L’Assemblée nationale et le Sénat, réunis en session extraordinaire dès le 29 décembre 2017 dernier, ont adopté le mercredi 10 janvier 2018 le projet de révision constitutionnelle initié par le gouvernement. Ali Bongo a finalement réussi à faire voter la modification de la loi fondamentale vivement contestée par une partie de l’opposition et de la société civile.

La révision constitutionnelle entérinée par le gouvernement le 28 septembre dernier, fortement critiquée par l’opposition radicale, a été adoptée à la quasi unanimité par les parlementaires réunis en congrès. Soit 197 voix pour et 14 contre suivi de deux abstentions.

Comme il est d’usage au sein des assemblées, l’adoption d’une loi en plénière obéit à une tradition qui consiste à donner la parole aux différents présidents des groupes parlementaires afin qu’ils déclinent leurs motivations en faveur ou non du texte qui leur est soumis. A cet occasion, Jean Eyeghe Ndong, président du groupe Front uni du Sénat a évoqué les notions de «conscience et de responsabilité face à l’histoire de notre pays». André Dieudonné Berre a, quant à lui, mis en avant la «cohérence et les avancées dans notre démocratie».

Cette nouvelle Constitution sera la septième depuis l’avènement du multipartisme en 1991. Son contenu n’a pas encore été rendu public. Cependant, Gabon Media Time s’est procuré une monture non officielle de ce texte qui doit désormais obtenir le blanc seing de la Cour constitutionnelle puis promulguée par le président de la République. 

Laissez votre avis